16 septembre 2021

C‘est dans une prestigieuse salle et dans des conditions féeriques que Réouven a prise Sarah comme épouse aux yeux de centaines d’invités ébahis de cette inoubliable cérémonie. À l’issue de cet événement, le jeune couple prit le chemin de leur demeure pour commencer leur nouvelle vie. Mais voilà que le lendemain des noces, le jeune marié sortit faire quelques course sans revenir. Le temps passe, une heure, deux heures…et toujours pas de nouvelles du ‘hatan. Avait-il été subi un accident ? Un malaise? A-t-il était agressé ? La nuit tomba, la jeune épouse se retrouva seule et angoissée de savoir ce qui a pu bien arriver à son jeune mari. Elle déclara l’incident à la police qui fit son enquête, et lança un avis de recherche. Mais le temps passe, et toujours pas de nouvelle, une semaine s’écoula, puis deux, et toujours pas de ‘hatan, il s’était volatilisé ! Aucun signe de vie, ni mails ,ni sms… Juste les mouvements du compte en banque qui prouvent que le jeune marié était bel et bien en vie, et usait paisiblement des cadeaux du mariage.

Couverte de honte, après une année de torture et de solitude, le soir de l’anniversaire de leur mariage, la jeune femme regarda seule et tristement les photos , seuls vestiges de son mariage.

Soudain elle entendit frapper à la porte, elle se leva pour ouvrir et resta clouée sur place en voyant son mari se tenant sur le seuil de la porte, souriant dans son costume du mariage tenant un bouquet de fleurs. Pensez vous que notre pauvre Cala va accueillir le h’atan à bras ouverts ?

Cette semaine nous lirons la paracha la plus longue de toute la Torah, 176 versets ! Une paracha qui tombe toujours après Chavouot, fête du don de la Torah, alliance entre les Bneï Israël et la Torah. Et donc ce Chabat ,est, si l’on puisse dire le « Chabat ‘hatane ». Allusion que l’on retrouve dans le nom même de la paracha « נשא» qui a la même racine que « נשואים /marié ». Et donc en ces premiers jours de noces, la mariée [la Torah] vérifie l’authenticité de la kabalat de son ‘hatane [Bneï Israël], et ce sera  en ces premiers jours de noces que l’on trouvera la paracha la plus longue, car comme on dit « lorsque l’on on aime on ne compte pas… » Sommes-nous toujours là ou portés déjà disparus comme Reouven? Lire la suite