Réponses à vos questions

Pourquoi certains jeunent la veille de Roch Hachana ?

Ce jour-là un tiers des fautes de l’homme sont pardonnées. Le deuxième tiers est pardonné pendant les dix jours de pénitence et le troisième tiers est pardonné le jour de Yom Kippour. (Halikhot Mo’ëd)

Doit-on prendre sur nous ce jeune la veille dans la prière de Min’ha ?

Si on a l’habitude de jeuner tous les ans on n’aura pas besoin de prendre sur nous le jeune la veille dans la prière de Min’ha. De plus il ne sera pas nécessaire de jeuner jusqu’à la sortie des étoiles, mais jusqu’à Plag Hamin’ha (soit une heure et quart avant la nuit – en heures zmanioth).

Par contre si on n’a pas l’habitude de jeuner tous les ans la veille de Roch Hachana on devra le prendre sur nous la veille à Min’ha. Dans ce cas on devra jeuner jusqu’à la sortie des étoiles sauf si nous spécifions de finir le jeune plus tôt. (Halikhot mo’éde p.78)

Quels vœux sont annulés lors de Hatarat Nédarim ?

Hatarat Nédarim n’annule que les vœux qu’une personne a fait et qu’elle ne se souvient plus d’avoir fait. Par contre un vœu que l’on se rappelle n’est pas annulé par Hatarat Nédarim sauf s’il  le précis explicitement  devant trois personnes et qu’au moins une des trois connaisse les lois de Hatarat Nédarim. (Halikhote Mo’ëd p.84)

Peut-on nommer une personne pour quelle fasse Hatarat Nédarim pour nous ?

On ne peut pas nommer une personne pour quelle fasse Hatarat Nédarim pour nous, car pour annuler un ou plusieurs vœux il faut que la personne concernée se trouve devant ceux qui vont lui annuler le vœu.

Un homme peut être l’intermédiaire de sa femme pour lui annuler ses vœux, car la femme est comme son mari (ichto ke goufo). Il est quand même mieux qu’elle lefasse elle-même  si elle en a la possibilité. (Halikhot Mo’ëd  p87-88)  

Est-ce que les femmes doivent- réciter la bénédiction de Chéé’hiyanou après l’allumage des bougies de Roch Hachana ?

Bien que certaines femmes ont pris l’habitude à Roch Hachana de réciter la bénédiction de Chéé’hiyanou après l’allumage des bougies, il est préférable qu’elles ne la récitent pas et qu’elles se rendent quittes de cette bénédiction au moment du Kidouche.

Une femme qui récite Chéé’hiyanou après l’allumage ne devra pas répondre Amen à cette bénédiction dans le Kidouche, car cela est considéré comme une interruption.

Si elle a répondu et qu’elle désire boire du vin du Kidouche elle devra faire la bénédiction de Boré péri Haguéféne. (‘Hazon ‘Ovadia Yamim Noraïm p.62)  

Pourquoi disons-nous ‘Ossé Hachalom  à la place de Ossé Chalom (à la fin de la amida) pendant les dix jours de pénitence ?

 Le mot  Hachalom à la même valeur numérique que le nom d’un ange appelé Saprie-l. Cet ange est préposé à inscrire les hommes dans le livre de la vie et donc nous faisons allusion à son nom dans le mot Hachalom afin de mériter d’être nous aussi inscrits dans le livre de la vie. (‘Hazon ‘Ovadia Yamim Noraïm  p.82)

Réponses à vos questions

Est-ce une obligation de réciter 100 bénédictions par jour ?

Le Choul’hane ‘Aroukh écrit « un homme a l’obligation de réciter chaque jour au moins cent bénédictions ».

La raison de cette obligation est qu’à l’époque du Roi David mouraient tous les jours cent hommes du peuple juif pour cela le roi David instaura de réciter cent bénédictions par jour.

Pendant la semaine on peut arriver facilement à cent bénédictions même plus (le michna broura rapporte que l’on en récite 118). Par contre le Chabat les jours de Yom Tov il nous manque à peu près treize bénédictions. C’est pour cela qu’on les complétera en mangeant des fruits et en sentant des plantes aromatiques. Si on n’a pas de fruits ou de plantes aromatiques, on pourra a posteriori (bédiavade) compléter le nombre de bénédictions en pensant se rendre quitte en écoutant les bénédictions de la Torah et de la Haftara. ( Choul’hane ‘Aroukh Ora’h Haim Simane 46 seif 3 Michna Broura note 14)

À quel moment peut-on réciter les Selihot ?   

On pourra commencer à réciter les Selihot  après Hatsot Layla (moitié de la nuit) et pas avant, car ce n’est qu’après Hatsot qu’Hachem se lève de Sa Chaise de juge pour s’asseoir sur Sa chaise de miséricorde. Le Choul’hane ‘Aroukh rapporte qu’on a l’habitude de se lever avant l’aube depuis Roch ‘Hodech Eloul (non compris) pour réciter les Selihot. Si on n’a pas pu les réciter ni le soir après Hatsot ni le matin avant l’aube on pourra les réciter toute la journée jusqu’à la sortie des étoiles.

Une personne vivant par exemple en France peut-elle se baser sur l’heure de Hatsot d’Israël (qui est plus tôt) pour réciter les Selihot ?

A priori une personne habitant en dehors d’Israël ne pourra dire les Selihot qu’après Hatsot qui correspond à l’ endroit où elle se trouve. Cependant certains décisionnaires permettent de s’accorder avec l’heure de Hatsot d’Israël. C’est pour cela qu’une personne qui habite en France et qui entend les Selihot qui sont retransmises en direct d’Israël via la radio ou par vidéo-conférence pourra s’en associer et répondre à tous les Vayaavor et les Kadich.

Quelle est la bénédiction du Bamba ?

C’est une grande discussion entre le Yalkout Yossef et le Halakha Broura. Le Yalkout Yossef tranche que la bénédiction sur le Bamba est Bore Peri Haadama, car la forme du Bamba est faite à base d’un grain de maïs qui ne peut être consommer qu’après être chauffé à forte température jusqu’à qu’il explose. Le Halakha Broura tranche qu’il faut réciter Cheakol, car ce maïs n’a aucun goût et que tout le goût vient du beurre de cacahuète qui enrobe le Bamba. Dans ce cas il est très difficile de trancher la Halakha c’est pour cela que si on a l’habitude de suivre l’un de ces deux décisionnaires on le fera de même dans notre cas. Sinon, on demandera à son Rav et si on n’a pas de Rav on fera Cheakol sur un verre d’eau (si l’on a soif) ou autre et Hadama sur un fruit de la terre avant de manger des Bambas.

Dans quoi faut-il se renforcer pendant le mois de Elloul afin de mériter un bon jugement le jour de Roch Hachana ?

Il est écrit dans la Paracha de ‘Equev « Ce sera parce que vous écouterez ces ordonnances-là, etc. » Rachi explique : Si vous écoutez les Mitsvot faciles, celles que l’homme a tendance à piétiner avec ses talons.

Nous savons que la Paracha de ‘Equev tombe toujours proche du mois de Elloul, ainsi de l’enseignement de Rachi nous apprenons qu’il faut se renforcer dans les Mitsvot journalières qu’on a tendance à piétiner comme la Tefila le Birkat Hamazon.

Le Michna Broura rapporte qu’il est bon de lire dix psaumes par jour depuis Roch Hodech Elloul jusqu’à Roch Hachana et pendant les dix jours de pénitence on lira quinze psaumes par jour. Il est recommandé d’étudier le livre Cha’areï Téchouva et les lois de la Téchouva du Rambam. 

Réponses à vos questions

1)Dans quelle condition est-il permis de trier Chabbat ?

Bien qu’il soit interdit de trier Chabbat, il le sera permis si toutes les trois conditions suivantes sont remplies

trier le bon du mauvais

trier avec la main et non pas avec un ustensile

trier que pour le consommer immédiatement.

2)Est-ce que la fourchette est considérée comme la main ou comme un ustensile ?

Tout l’interdit de trier est spécifiquement avec un ustensile qui est conçu pour cela (comme une passoire, un tamis, etc…). Par contre les couverts comme les fourchettes ou les cuillères ne sont pas considérés comme des ustensiles pour trier mais ne sont que la continuité de la main, on peut donc les utiliser pour trier Chabbat. (‘Hazon ‘Ovadia Chabbat vol.4 p. 173)   

3) Sur quelles plantes odorantes récite t-on, “Bore ‘atsei besamim” ou “Bore ‘isbei besamim” ?

Sur les plantes qui viennent d’un arbre on dit Bore ‘atsei besamim. Si ce sont des herbes on dira Bore ‘isbei besamim. Si elles proviennent d’une autre source (naturelle) on dira Bore minei bessamim. (Chou’hane ‘Aroukh Simane 216§13)

4)Doit-on réciter le Gomel après un accident de voiture (qu’Hachem nous protège) ?

Si une personne sort indemne d’un accident, elle ne récitera pas le Gomel par contre si elle a été blessée même si elle ne retrouve pas son état normal, elle devra réciter le Gomel. (Kitsour Yalkout Yossef p. 149-151)


5)Existe-t-il une Segoula contre le mauvais œil ?

Le Rav Elimelekh Biderman Chlita rapporte au nom du Rav Menahem Mendel de Reminov une Segoula contre le mauvais œil qui est  de dire trois fois le verset « Vani tefilati lekha Adonai éte ratson aneni beemet yichekha » puis on dira « Ribono Chel Olam Baal hachemot Hayotsim mipasouk Vani berov hasedekha  avo betekha echta’have el hekhal kodchekha mirache tevot oumisofe tevot veemtsae tevot tasir ha’ena bicha mi(untel fils d’untel) veyi ratson kihilou kavanti dekol hakavanot chekivene Rav Houna alav hachalom. » ( Beer Haparacha Devarim p.21 note 24)

Réponses à vos questions – Vaet’hanane

Doit-on refaire Birkot Hatorah  (les bénédictions de la Torah du matin) lorsque l’on a un doute si on les a déjà récitées?

Selon le Rambane (Na’hmanide) les Birkot Hatorah sont une Mitsva de la Torah et dans un cas de doute on devra les refaire. Le Rambam (Maïmonide) tranche qu’elles sont une Mitsva instituée par nos sages et qu’en cas de doute on ne les refera pas. Le Choul’hane ‘Aroukh tranche la Halakha comme le Rambam. Cependant il est recommandé de se rendre quitte de cette Mitsva au moment de la bénédiction de « Avath ‘Olam » que l’on récite avant le Chéma ou bien de demander à une personne qui n’a pas encore récité les Birkot Hatorah  de nous rendre quittes, et il faudra répondre Amen. (Yalkout Yossef Téfila p.54) 

Est-il permis d’écouter un cours de Torah avant de réciter les Birkot Hatorah?

Il est interdit d’écouter un cours de Torah donné par un Rav si on n’a pas récité les Birkot Hatorah, par contre il est permis d’écouter un cours de Torah à la radio. (Réponsas Aliba Déilkhéta vol.1 p. 42, Halikhot ‘Olam vol.1 p.57)

Peut-on répondre à la Kédoucha avant de réciter les Birkot Hatorah ?

Celui qui entend la Kédoucha avant d’avoir récité les Birkot Hatorah et qui ne pourra pas les réciter avant le début de la Kédoucha pourra y répondre, excepté le verset de “Yimlokh” qu’il ne récitera que par la pensée. (Yalkout Yossef lois de Birkot Hatorah p.91)

Est-ce que les femmes doivent réciter les Birkot Hatorah ?

Les femmes doivent aussi réciter les Birkot Hatorah, bien qu’elles soient exemptées d’étudier la Torah comme les hommes. Mais du fait qu’elles doivent étudier les lois qui les concernent telles que les lois de la prière, du Chabbat, Cacheroute etc…, elles seront soumises à la récitation de ces bénédictions. (Yalkout Yossef lois de Birkot Hatorah p.96)

Que faut-il faire si on a oublié de réciter les  Birkot Hatorah?

Si on a oublié de réciter les Birkot Hatorah et que l’on s’en rend compte qu’après avoir fini la prière du matin. On ne les récitera pas après cela, car on s’est rendu quitte par la bénédiction de Avath ‘Olam. Puis après la répétition de la ‘Amida il sera bon de faire une petite étude. Il est déconseillé de penser à ne pas se rendre quitte dans la bénédiction de Avath ‘Olam pour pouvoir réciter les Birkoth Hatorah après la prière. (Yalkout Yossef lois des Birkot Hatorah p.109)

Est-ce qu’une femme à l’obligation de prier trois fois par jour comme un homme (faire la Amida) ?

Une femme à l’obligation de prier chaque jour de la semaine ainsi que Chabbat et les jours de fête. En ce qui concerne le nombre de prières que la femme a l’obligation de faire, il y a trois avis. Selon le Rav ‘Ovadia elle doit prier au moins une fois par jour. Selon le Or Létsion et le Michna Broura elle doit prier la Téfila du matin et de l’après-midi. Certains rapportent que selon Rachi Tossfot et le Roch, la femme a l’obligation de prier trois fois par jour comme un homme. (Choul’hane ‘Aroukh Or’har ‘Haïm simane 106 Séïf 1  Yabia ‘Omer)

Reponses auxquestions-Troisième semaine de Ben Hamétsarim

Du fait que cette année le jeune de Tich’a BéAv tombe à l’issue du Chabbat nous avons trouvé utile de rapporter quelques points importants.

1. Il sera permis de manger de la viande et boire du vin à la Séoudat Chlichit (qui est la Séoudat avant le jeûne) même si toute l’année on n’a pas l’habitude d’en manger, il est interdit de s’en abstenir en signe de deuil.

2. On ne retira les chaussures en cuire que 20 minutes après le coucher de Soleil à la maison, avant de se rendre à la Synagogue.

3. On ne fera pas la Havdala sur le vin ni la bénédiction sur les Bésamim, par contre on récitera la bénédiction sur la bougie (à la synagogue). Les femmes (ou autres personnes) qui ne se rendent pas à la synagogue le soir de Tich’a BéAv devront réciter la bénédiction sur la bougie là où ils sont. À la sortie du jeune (c’est-à-dire dimanche soir) on récitera la Havdala uniquement sur le vin.

4. Dans la prière du soir, on ne récitera pas le passage de « Véhi Noam » et « Yochéve béséter », mais on commencera directement  « Véata Kadoch ».

5. Une personne malade qui doit manger le jour de Tich’ BéAv devra, avant de manger, effectuer la Havdala comme tous les Motsé Chabbat. Cependant il ne récitera que la bénédiction du vin et de « Hamavdil ».

En espèrent que cette année Hachem transforme ce jour de deuil en jour de joie avec la venue très proche du Troisième Beth Hamikdach Amen.

Y a-t-il des lois spécifiques concernant le Kotel Ham’aravi ?

Nos sages nous enseignent « Jamais la présence Divine n’a bougé du mur occidental du Beit Hamikdach ». Le Kotel est dirigé parallèlement face au Beit hamikdach d’en haut, et celui qui prie à cet endroit c’est comme s’il  priait devant le trône de gloire d’Hachem. C’est pour cela qu’il y a certaines lois à respecter quand on s’y rend.

1. Les hommes comme les femmes devront ce couvrir la tête de plus les femmes devront s’habiller pudiquement.

2. Il est interdit de rendre au Kotel dans le but d’une simple promenade ou pour vouloir se faire photographier. Il est aussi interdit de dire des  paroles vaines ou bien de manger et de boire dans tout le périmètre où les gens ont prit l’habitude de prier comme le devant de l’esplanade du Kotel. Toute personne qui ne fait pas attention à cela sa faute est grande.

3. Il n’est pas recommandé de montrer tout geste d’affection dans le périmètre du Kotel.

4. Il est permis de faire entrer nos mains entre les pierres  et l’on fera attention à ne pas détacher même un petit morceau de pierre du Kotel. De même il est interdit de prendre avec soi de la poussière des pierres, mais il est permis d’arracher les plantes qui se trouvent sur les pierres du Kotel comme Ségoula, car elles n’ont aucune sainteté. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.441-453)

5. Quand on voit le Kotel ou le dôme de la mosquée, on dira « Beit Mikdachénou Vétifarténou achére haloulékha avoténou haya lésréfat éche » puis on déchirera notre vêtement. On agira ainsi, uniquement si cela fait plus de trente jours que l’on ne s’est pas rendu au Kotel. Les habitants de Jérusalem n’ont pas besoin de se déchirer le vêtement même si cela fait plus de trente jours qu’ils ne sont pas rendus au Kotel. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.338)   

Participez et posez vos questions au Rav Avraham Bismuth

par mail ab0583250224@gmail.com

Réponses à vos questions – Massei

Est-il permis de manger de la viande le jour de Roch‘Hodech Av ?

La coutume séfarade permet de manger de la viande le jour de Roch ‘Hodech Av. Par contre dès le lendemain, le 2 av, il sera d’interdit d’en manger. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.169)

Étant donné qu’à partir de Roch ‘Hodech Av, nous nepouvons plus boire de vin (sauf Chabbat), sera-t-il permis de boire le vin dela Havdala de la sortie de Chabbat pendant cette période?

Le Choul’hane ‘Aroukh permet de boire le vin de la Havdala, tandis que le Rama l’interdit. C’est pour cela que les Séfaradim pourront boire le vin de la Havdala comme chaque semaine par contre les Achkénazim le donneront à un enfant (qui n’est pas BarMistsva) de le boire. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.176)  

Est-il permis de manger des aliments qui ont étécuits avec de la viande depuis Roch ‘Hodech Av jusqu’au  9 Av ?

A priori cela est permis, mais on a l’habitude de s’abstenir de les manger. Par contre il est permis de cuisiner dans une casserole dans laquelle on a fait cuire de la viande bien que celle-ci soit « Bat Yoma », c’est à dire dans laquelle on a fait cuire de la viande dans les 24 heures précédentes. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.172)

Si on a fait la bénédiction sur un morceau viande etqu’au moment de le goûter, on se souvient que l’on ne peut en manger [pendantces jours] que faut-il faire ?

On goûtera un peu de la viande afin que la bénédiction n’ait pas été prononcée en vain, car cette consommation ne sera pas un signe de joie ou d’annulation de la coutume de se restreindre à manger de la viande.(‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.188)

Peut-on mettre du déodorant le jour de Tich’aBéAv ?

Il est interdit de se parfumer le jour de Tich’a BéAv car c’est un signe de plaisir, mais si on le fait dans le but de ne pas transpirer cela est permis. Ainsi nous pourrons utiliser du déodorant à Tich’a BéAv. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.274)

Bien qu’il soit interdit d’étudier [la Torah] lejour de Tich’a BéAv, que peut-on étudier ce jour-là ?

Le jour du jeûne du 9 Av on ne pourra étudier que des passages relatifs à la destruction du Beth Hamikdach/Temple  comme la Méguila de Eikha (le livre des Lamentations), Iyov (le livre de Job), le traité de Guitin de la page 55b à la page 58a, ou encore les lois de deuil. Il est permis de lire des livres de Moussar ce jour-là, car cela nous permet d’ouvrir notre cœur à faire Téchouva. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.308 et 316)   

Participez et posez vos questions au Rav Avraham Bismuth

par mailab0583250224@gmail.com

Réponses à vos questions MATOT

Y-a-t-il certaines précautions à adopter pendant la période des troissemaines de Ben Hamétsarim (du 17 tamouz jusqu’à 9 av)?

Des précautions sont à prendre pendant cette période :

On ne se promènera pas seul à partir de la quatrième heure jusqu’à la fin de la neuvième de la journée (nous parlons ici d’heure zmaniot ,en Israël cela correspond environ entre 10h00 et 17h00), car durant ces heures domine un Chéde [démon]. De même on fera attention à ne pas marcher entre le soleil et l’ombre.

Les parents feront attention à ne pas corriger leurs enfants (s’il est nécessaire) pendant ces heures. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.127)

Est-ce une bonne coutume de réciter Tikoune ‘Hatsotà la moitie de la journée (‘HatsotHayom) pendant ces troissemaines ?

Oui, le Ari zal (Cha’ar Hakavanot) rapporte que les hommes pieux avaient l’habitude de réciter le Tikoune ‘Hatsot même au milieu de la journée pendant les trois semaines. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.128)

Peut-on réciter la bénédiction de Chéé’hiyanoupendant les trois semaines ?

Étant donné que du 17 Tamouz au 9 Av est une période de tristesse et de réprimande pour le peuple juif, on ne récitera pas la bénédiction de Chéé’hiyanou.

De ce fait, on ne mangera pas de nouveaux fruits et ne portera pas de nouveaux habits puisqu’ils nécessitent cette bénédiction.

A priori il serait permis de réciter la bénédiction de Chéé’hiyanou pendant les Chabat qui tombent dans cette période, cependant certains ont l’habitude se s’en abstenir. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p. 129)

Peut-on se marier pendant les trois semaines ?

Les Achkénazim ont la coutume de ne pas se marier depuis le 17 Tamouz jusqu’au 9 Av. Les Sepharadim de Jérusalem permettent de se marier jusqu’à Roch ‘Hodech Av. Cependant on a l’habitude d’éviter de se marier depuis le 17 Tamouz car ces jours ne sont pas un bon signe pour le peuple d’Israël. À partir de Roch ‘Hodech Av (inclus) il sera strictement interdit de se marier. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.140)

Et pour les fiançailles ?

Cela est permis même le jour de Roch ‘Hodech Av et plus encore le jour de 9 Av que ce soit le jour ou la nuit de peur qu’un deuxième le devance. (Rambam Hilkhot Ichout Chap.10 lois 14)

Dans quel cas peut-on écouter de la musique pendantles trois semaines ?

Bien qu’il y existe une permission d’écouter de la musique (Cachère évidemment) tout au long de l’année, on s’en abstiendra d’en écouter pendant les trois semaines. Cependant il sera permis d’en écouter en l’honneur d’une Séoudat Mitsva comme une Brit Mila, un Chév’a Brakhot ou encore en l’honneur d’une clôture d’un traité du Talmud.  (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.151)

Un professeur de musique peut-il continuer àenseigner pendant les trois semaines ?

Si le fait de ne pas enseigner pendant ces trois va lui engendrer une perte d’argent, il pourra continuer à enseigner jusqu’à la semaine où à lieu Tich’a BéAv. Si cela est possible, il sera tout de même préférable qu’il s’arrête depuis Roch ‘Hodech Av. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p. 157 Or’hot ‘Haïm lois du 9 Av paragraphe 14)

À partir de quand est-il interdit de se couper lescheveux et de se raser la barbe?

Les Achkénazim vont selon l’avis du Rama de ne pas ce couper les cheveux et de ne pas se raser la barbe depuis le 17 Tamouz jusqu’au 9 Av. Les Sépharadim suivent l’avis du Choul’hane ‘Aroukh qui permet  de se couper et de se raser jusqu’à la semaine où à lieu Tich’a BéAv. (Choul’hane ‘Aroukh et Rama Simane 551 paragraphe 4)

Participez et posez vos questions au Rav Avraham Bismuth

par mail ab0583250224@gmail.com

Réponses à vos questions

Peut-on étudier pendant la répétition de la ‘Amida ?

Il est interdit d’étudier même par la pensée pendant la répétition de la ‘Amida, et il faudra écouter attentivement toute la répétition.

Si je me réveille avant le lever du jour, m’est-il permis de manger avant le début du jeune ?

Tous les jeunes (à l’exception de Tich’a Béav et Yom Kippour) ne commencent qu’au lever du jour. Par le simple fait d’aller dormir nous recevons automatiquement le jeune, et nous ne pourrons  pas nous lever avant le lever du jour pour manger avant le jeûne. Cependant, si avant de dormir on a émis la condition de se lever dans la nuit pour manger, alors cela sera permis. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.9)

À partir de quel âge devons-nous éduquer nos enfants à jeûner ?

Il n’y a aucune Mitsva d’éduquer nos enfants aux jeunes qui sont liés à la destruction du Beth-Hamikdach, ne serait-ce même quelques heures. En effet, en les habituant à jeûner, on prétendrait que le Temple et le Machia’h ne viendront pas avant leur Bar/Bat Mistva. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.66 Rav Avraham Yossef)

Une personne qui ne jeûne pas peut-elle monter à la Torah le jour du jeûne ?

Une personne qui ne jeûne pas ne pourra pas monter à la Torah les jours de jeûne. Par contre si le jeûne tombe un lundi ou un jeudi et que dans tous les cas on lit à la Torah ces jours-là, on pourra le faire monter bien que l’on lit la Paracha liée au jeûne. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.112)

Est-ce qu’un ‘Hatan doit jeûner quand le jeune tombe dans la semaine des Chév’a Brakhot?

Un ‘Hatan qui est dans la semaine des Chév’a Brakhot est obligé de jeûner quand le jeûne tombe au milieu de cette semaine. Dans le cas où le jeûne tombe un Chabbat, et qu’il est repoussé à dimanche il jeûnera jusqu’à ‘Hatsot et il n’a pas le droit de continuer de jeûner jusqu’au soir, car ce jour-là est un jour de fête et de joie pour lui. (Yalkout Yossef lois du mariage)

Celui qui a oublié de dire ‘Aneïnou dans la Amida (dans Chémâ kolénou) un jour de jeune, doit-il revenir et le dire ?

Si l’on a oublié de dire ‘Aneïnou dans la Amida, et qu’on a déjà commencé à réciter la bénédiction de Chomé’a Téfila, ne reprendra pas à Chémâ Kolénou pour le dire. Cependant il est recommandé de le réciter à la fin de la ‘Amida, après Elokaï Nétsor. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.71)

Lorsque le jeûne tombe Chabbat, qu’il est repoussé à dimanche (comme cette année), et que ce jour-là (dimanche) un enfant devient Bar-Mitsva, a-t-il l’obligation de jeûner ?

Du fait que potentiellement cet enfant n’aurait pas eu besoin de jeûner, si ce n’est que le jeûne fut repoussé. S’il est faible, il pourra jeûner que quelques heures selon les forces qu’il a, mais s’il peut tenir il devra jeûner jusqu’au soir. (‘Hazon ‘Ovadia 4 jeûnes p.68)

Participez et posez vos questions au Rav Avraham Bismuth

par mail ab0583250224@gmail.com

Réponses à vos questions

Peut-onétendre une bâche pendant Chabbat pour se protéger du soleil ?

Il est interdit d’étendre une bâche pendant Chabbat, car on enfreindrait l’interdit de construire une tente. Il faut savoir que si au moment où on l’étend on le fait dans l’intention de la laisser pour toujours on enfreint un interdit de la Torah, et si cela est provisoire on enfreint un interdit de nos sages. (Yalkout Yossef Chabbat vol.2 p. 527 et 530)

Peut-ondéplacer un ventilateur pendant Chabbat ?

Il est permis de déplacer un ventilateur en marche pendant Chabbat en faisant attention que la prise ne se débranche pas lors du déplacement (il sera recommandé d’utiliser une rallonge assez longue). Il est conseillé de placer un papier sur les boutons du ventilateur sur lequel il est écrit « Chabbat » afin de ne pas arriver à augmenter ou baisser sa puissance par inadvertance. (Yalkout Yossef Chabbat vol.2 p. 423)

Est-il permis de déclencher ou d’arrêter le système qui fait pivoter leventilateur ?

Si le système qui fait pivoter le ventilateur est une sorte de bouton qui le bloque ou débloque, il sera permis de le toucher, car il est mécanique. Par contre si ce système se fait à l’aide d’un fil que l’on tire il sera interdit de le toucher pendant Chabbat, car cela déclenche ou arrête un moteur qui fait pivoter le ventilateur.

Peut-on faire Nétilat Yadaïm avant de manger du pain avec l’eau de la mer ?

On ne pourra pas faire Nétilat dans un Kéli avec l’eau de la mer du fait qu’elle ne peut être bue par un chien. Par contre on pourra tremper ses mains dans la mer et réciter la bénédiction de « ‘Al Nétilath Yadaïm ». Si on s’est trompé et qu’on a dit « Al Tévilath » à la place de « Al Nétilath » on sera quitte de la bénédiction. (Yalkout Yossef simane 160 Séif 18)

Est-il permis de bronzer pendant Chabbat ?

Il est permis de s’asseoir au soleil pour bronzer par contre on fera attention à ne pas rester trop longtemps, car cela provoque du mal et il est interdit de se faire du mal pendant Chabbat. (‘Hazon ‘Ovadia Chabbat vol.5 p.26)

Est-il vrai qu’il est recommandé que le mari prépare les bougies de Chabbat ?

Oui, car en préparant les bougies de Chabbat, l’homme participe lui aussi aux préparatifs de Chabbat et il aide à l’accomplissement de la Mitsva de l’allumage des bougies en son honneur. Le Rav Pinkous Zatsal (Parchat Bé’alotékha) rapporte la Guémara dans le Traité de Chabbat 23b qui dit « Tout celui qui s’habitue aux lumières méritera des enfants érudits », et il explique que de même que le  moment où la mère allume les bougies est un moment propice de prières pour  mériter d’avoir des enfants érudits en Torah, ainsi quand le père prépare les bougies il peut lui aussi prier pour cela.

Est-il permis de porter pendant Chabbat des lunettes qui foncent au soleil ?

Il est permis de porter des lunettes qui foncent au soleil pendant Chabbat et il n’y a pas d’interdit de colorer. Car tout l’interdit de colorer Chabbat est si on teint une tenture ou des fils comme on le faisait au Michkane. Par contre la teinte des verres vient d’un produit qui se trouve sur le verre et qui est sensible aux rayons du soleil. (‘Hazon ‘Ovadia Chabbat vol.5 p.23)

Participezet posez vos questions au Rav Avraham Bismuth

par mailab0583250224@gmail.com

Réponses à vos questions – Houkat

Peut-onrépondre à Barékhou de Arvit de Chabbat lorsque l’on n’a pas encore priéMin’ha ?

Une personne qui n’a pas encore prié Min’ha la veille de Chabbat ne répondra pas à Barékhou de Arvit (qui est effectué en plein jour), car en répondant il reçoit automatiquement le Chabbat, et ne pourra plus prier une prière de la semaine. Dans le cas où on a répondu « Barékhou », on priera deux fois Arvit. (‘Hazon Ovadia Chabbat 2 p.295)

Si on aprié Arvit de Chabbat (lorsqu’il fait encore jour) et qu’on entend la Kédouchade Min’ha d’un autre office à t on le droit de répondre ?

Il est permis de répondre à la Kédoucha de Min’ha même si on a déjà prié Arvit de Chabbat car la Kédoucha n’est pas considérée comme une prière spécialement de semaine. (‘Hazon Ovadia Chabbat 2 p.361)

Est-ilpermis de faire des prières personnelles à Chabbat ?

Si ce sont des requêtes matérielles, cela est interdit. En ce qui concerne les requêtes spirituelles, si la demande l’accable ou le rend triste cela est interdit, mais si cela ne lui cause aucun mal cela sera permis. On demandera ces requêtes à la fin de la ‘Amida avant de dire le dernier « Yihiou Lératson » (Halikhot Chabbat vol.1 p.20)

Est ilpermis d’avancer ou de reculer la minuterie de Chabbat pendant Chabbat ?

Si on a programmé la minuterie [manuelle] pour que la lumière s’éteigne à une certaine heure et que l’on veut qu’elle s’éteigne plus tard il est permis de prolonger le temps de l’allumage [en prenant bien garde de ne pas interrompre son fonctionnement au moment de la manœuvre]. Par contre, il ne sera pas permis d’avancer la minuterie pour qu’elle s’éteigne plus tôt. De même, il sera permis, lorsque l’appareil ne fonctionne pas, de retarder le moment de l’allumage, mais pas de le rapprocher. (Yalkout Yossef Chabbat 1) 

Participezet posez vos questions au Rav Avraham Bismuth

par mailab0583250224@gmail.com