26 février 2024

Tou Bichevat: Fructifions nos mérites

Le Maguène Avraham[1] mentionne la coutume de consommer des fruits de l’arbre le jour de Tou Bichevat. Comme nous l’enseigne la première Michna du traité Roch Hachana, Tou Bichevat est le Roch Hachana de l’arbre [selon Bet Hillel].

D’autre part, le Baer Hétev[2]  nous enseigne la coutume lors de la fête de Chavouot de décorer les synagogues de branches d’arbre et de fleurs de tous genres. Car comme nous l’enseigne la seconde Michna du traité Roch Hachana, à Chavouot nous sommes jugés sur les fruits de l’arbre, à savoir si les arbres donneront des fruits en abondance cette année.

L’ouvrage « ‘Hazone Yochiyahou » fait remarquer que la coutume ne semble pas correspondre à sa raison. En effet, pour respecter l’ordre du jour de chacune d’entre elles, il aurait été plus logique de consommer des fruits à Chavouot, jour où nous sommes jugés pour les fruits de l’arbre, et de décorer les synagogues d’arbres à Tou Bichevat, jour du Roch Hachana des arbres. Le jour du jugement des fruits, mangeons des fruits et remercions Hachem pour Ses cadeaux, et le jour du jugement de l’arbre, apportons-les dans les synagogues pour accroître les mérites.

Essayons de comprendre l’intention de nos sages en inversant les deux coutumes.

À Tou Bichevat, Roch Hachana de l’arbre, chaque arbre va passer en jugement, comme l’homme l’est le jour de Roch Hachana. Nous savons que lorsqu’une personne passe en jugement, elle a besoin d’un bon avocat, d’appui et de soutien. C’est la raison pour laquelle nous apportons des fruits, afin d’invoquer de la ra’hamime/clémence à l’égard de l’arbre. En voyant les fruits qu’il produit, nous allons voir ses bienfaits, ce qu’il donne et produit, ce qu’il apporte au monde. Grâce à cela, nous allons éveiller l’attribut de clémence et de miséricorde au jour de son jugement. Ses beaux fruits témoigneront de leur origine et rappelleront l’arbre qui les a produits.


[1] Ora’h ‘Haïm §131

[2] §494;2