26 juillet 2021

Balak, roi de Moab, demande au prophète des nations Bilaam, de maudire le peuple d’Israël. Bilaam tente de le faire, mais chaque fois, au lieu d’une malédiction, c’est une bénédiction qu’il profère. Dans la première de ces interventions, il dira :  « … ce peuple, il vit solitaire, il ne se confondra point avec les nations. » (23 ; 9)

Le Talelei Oroth nous rapporte un discours du Rav Elkhanan Wasserman sur ce verset. Observons la différence entre « peuple-Am » et « nation-Goy » : Le terme « Goy » désigne une population qui habite sur une terre donnée, à laquelle elle est profondément attachée, alors que « Am » est un groupe ethnique qui se distingue par sa langue, ses vêtements et ses coutumes, sans posséder de terre ou d’état spécifique, il constitue un peuple. Israël na pas besoin d’un pays pour accéder à l’appellation de « Am », car le fait même que ses membres résident « solitaires », à l’écart des nations et de leurs coutumes, cela en fait un peuple, qui «  … ne se confondra point avec les nations ».

Notre identité ne dépend pas d’un pays, nous n’avons pas besoin d’un territoire pour être Am Israël. L’histoire en témoigne, plus de deux mille ans d’exil et d’errance à travers le monde, et notre peuple est bel et bien toujours vivant ! Combien de peuples, peuplades, puissances, ont été et ne sont plus aujourd’hui ? Lire la suite