29 novembre 2021

Jusqu’à quand peut-on prier Min’ha?

Jusqu’à quand peut-on prier Min’ha

Question: Jusqu’à quelle heure peut-on prier l’office de Min’ha?

Réponse: Afin de répondre, nous allons faire mention de la notion de « Chéki’att Ha-‘Hama » (le coucher du soleil) qui apparait dans les calendriers en tout endroit (sous le terme « Chki’a »).

Il est enseigné dans la Guémara, traité Béra’hott (29b):
Rabbi Yo’hanan dit : Il est une Mitsva de prier avec les derniers rayons du soleil.
Cela signifie que selon Rabbi Yo’hanan, il est très bon de prier l’office de Min’ha en même temps que le coucher du soleil.
Mais la Guémara rapporte qu’en Erets Israël, on critiquait celui qui prie à un moment trop proche du coucher du soleil, car il pourrait se produire un événement majeure empêchant la personne de prier, et qui lui causerait de perdre totalement l’office.

Il ressort donc des propos de la Guémara qu’il faut avancer le moment de l’office de Min’ha largement avant le coucher du soleil, et ne pas attendre juste avant le coucher du soleil pour prier.
Ceci est pourtant en opposition à l’usage répandu dans de nombreuses synagogues où l’on prie l’office de Min’ha juste avant le coucher du soleil véritablement, et l’on enchaîne ensuite avec l’office de ‘Arvit. C’est également l’usage de nombreuses femmes vertueuses, qui prient l’office de Min’ha juste avant le coucher du soleil.

Même notre maitre le ARI zal avait toujours l’usage de prier juste avant le coucher le soleil, et ensuite il priait l’office de ‘Arvit.
L’usage de notre maitre le ARI zal est donc lui aussi en contradiction avec les propos de la Guémara.
Le Gaon Rabbénou Yossef ‘HAÏM z.ts.l écrit dans son livre Ben Ich ‘Haï (Ki Tissa) que si notre maitre le ARI zal ne se montrait pas vigilant vis-à-vis des propos des sages d’Erets Israël cités dans la Guémara, c’est parce qu’ils n’ont seulement dit qu’il fallait veiller à ne pas prier à un moment proche du coucher du soleil par crainte de perdre l’office de Min’ha. Mais notre saint maitre le ARI zal avait un Minyan personnel chez lui, qui priait avec lui chaque jour en permanence, et puisqu’ils attendaient ce moment précis, il n’y avait donc pas de crainte qu’ils négligent et qu’ils ne prient pas.

Selon cela, il est donc interdit – selon l’avis du Gaon auteur du Ben Ich ‘Haï – de prier Min’ha à un moment proche du coucher du soleil. Il faut prier à un moment plus tôt.
Seul notre maitre le ARI zal – qui possédait un Minyan personnel à cet effet – était autorisé à prier Min’ha à un moment proche du coucher du soleil.

Cependant, dans son livre Halichott ‘Olam (vol.1 page 248), notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l émet une remarque sur les propos du Ben Ich ‘Haï, car les propos de la Guémara ne font pas de différence entre les différents types de personnes, et selon la Guémara, il serait interdit à quiconque et dans n’importe quelle situation de prier Min’ha à un moment proche du coucher du soleil.

MARAN explique dans le Beit Yossef (chap.232) au nom de l’auteur du Hagahott Maïmoni que lorsque la Guémara cite la critique des sages d’Erets Israël envers celui qui prie avec le coucher du soleil, il s’agit en fait de quelqu’un qui retarde l’office de Min’ha jusqu’au moment précis du coucher du soleil. Mais quelqu’un qui prie avant le coucher du ssoleil, ne serait-ce que quelques minutes avant, n’est absolument pas visé par cette critique.
Notre maitre le Rav z.ts.l prouve que même notre maitre le ARI zal ne priait qu’à un moment proche du coucher du soleil, avant le coucher du soleil, et non en même temps que le coucher du soleil, puisque nous savons que notre maitre le ARI zal priait Min’ha avec les Téfilin (les Téfilin de « Chimoucha Rabba »).
Or, il veillait particulièrement à retirer les Téfilin avant le coucher du soleil.
Il est donc certain que si le ARI zal priait Min’ha à une heure tardive, il s’agit en fait d’un moment proche du coucher du soleil et non au moment précis du coucher du soleil.

Selon cela, lorsque la Guémara affirme qu’il ne faut pas prier Min’ha à une heure tardive, il s‘agit de l’heure précise du coucher du soleil.
L’usage répandu dans les synagogues, ainsi que l’usage de notre maitre le ARI zal, de prier Min’ha à une heure tardive, correspond à un moment proche du coucher du soleil, même de quelques minutes, et il n’y a donc pas la moindre crainte sur ce point.

Par conséquent, sur le plan pratique, il est permis de prier Min’ha à un moment proche du coucher du soleil, avant le coucher du soleil, comme tel est l’usage dans de nombreuses synagogues, et comme tel est l’usage de femmes vertueuses.
Mais il ne faut pas repousser l’office de Min’ha au-delà du coucher du soleil, par crainte de perdre totalement la prière.

Si à postériori (Bédi’avad) quelqu’un a malgré tout dépassé le coucher du soleil sans avoir prié Min’ha, il peut encore le faire jusqu’au moment de la sortie des étoiles (« Tsett Ha-Ko’havim »).

(source: http://halachayomit.co.il/fr/)