25 avril 2024

La plus belle coutume de la Séfirat Haômère

Voici plus de 1900 ans, pendant la période du Ômère, une terrible épidémie frappa les élèves de Rabbi Akiva. 24000 élèves sont morts de Askara/diphtérie, l’une des morts les plus douloureuses parmi toutes celles dont parle la Guémara (Berakhot 8a). C’est une des maladies les plus terribles. Rachi explique que la gorge du malade se resserre et qu’il s’étouffe lentement jusqu’à en mourir. Selon certains avis, les élèves furent punis parce qu’ils ne se respectaient pas suffisamment. D’autres pensent que c’est parce qu’ils ne voulaient pas s’enseigner la Torah l’un à l’autre, ce qui constitue une faute grave. Si un juif a des connaissances en Torah, il doit les transmettre aux autres. Il est interdit d’étudier uniquement pour soi-même, pour sa culture personnelle ! Cette épidémie a pris fin le 33ème jour du Ômère. Pour s’en rappeler, nous avons l’usage d’adopter plusieurs coutumes de deuil pendant cette période. Nous ne célébrons pas de mariages, nous n’écoutons pas de musique et nous ne nous coupons pas les cheveux ni se rasons notre barbe. Mais il faut savoir que le compte du Ômère se poursuit après cette période. Parfois, certains se trompent entre les coutumes du Ômère et le compte, et cessent de compter après le 33ème jour du Ômère.