22 juin 2024

Lag Baomer

Tout savoir sur lag ba√īmer

Que signifie Lag Ba√īmer ?

Litt√©ralement cela signifie le 33 √®me jour du √īmer. En effet LAG s‚Äô√©crit en h√©breu avec les deux lettres ¬ę lamed-◊ú ¬Ľ et ¬ę guimel-◊í ¬Ľ, dont leur gu√©matria (valeur num√©rique) est de 30 et 3. Lag Ba√īmer  est c√©l√©br√© le 18 Iyar, jour qui correspond √† la disparition de Rabbi Chimon bar Yo’ha√Į, dont il a exprim√© sa volont√© de faire du jour de sa disparition un jour de joie. Comme cela est √©crit dans la ¬ę ldra Zouta ¬Ľ , l’un des chapitres essentiels du Zohar, qui relate qu’avant de rendre son √Ęme √† son Cr√©ateur, Rabbi Chimon bar Yo’ha√Į avait fait rassembler ses proches disciples autour de lui. A ce moment-l√†, il a re√ßu des r√©v√©lations c√©lestes concernant les plus profonds secrets de la Torah. Il les a aussit√īt communiqu√©s √† ses √©l√®ves.

Mais encore, le ‘Hatam Sofer rapporte que la manne a commenc√© √† tomber le 18 lyar, l’ann√©e de la sortie d’Egypte. En effet, c’est le 15 lyar que les provisions emport√©es d’Egypte furent √©puis√©es (voir Ch√©mot 16;1) ; ils devaient rester 3 jours sans pain, et ce n’est que le 3¬į jour au matin (18 Iyar) que la manne tomba pour la premi√®re fois.

Pourquoi allume-t-on des feux √† Lag Ba√īmer ?

Nous avons l’habitude d’allumer des feux de joie la veille de Lag Ba√īmer pour rappeler le feu d’une intensit√© ph√©nom√©nale qui remplit la maison de rabbi Chimon bar Yo’ha√Į lorsque celui-ci r√©v√©la les secrets √©sot√©riques de la Torah √† ses disciples. D’autres ajoutent que le feu dont il est question est celui du Zohar, Ňďuvre kabbalistique ma√ģtresse qui signifie litt√©ralement ¬ę lumi√®re √©clatante ¬Ľ

Pourquoi coupe-t-on les cheveux des jeunes enfants de 3 ans √† Lag Ba√īmer ?

L’origine de cette coutume est cit√©e dans les √©crits du Rabbi ‘Ha√Įm Vital (√©l√®ve du Ari Zal) qui relate que le jour de Lag Ba√īmer, le Ari zal s’√©tait rendu √† M√©ron avec son petit et lui avait coup√© les cheveux.

Mais que symbolise cette coupe de cheveux(‚Äėhalak√©) et pourquoi la f√™ter ?

On se r√©jouit avec l’enfant afin qu’il se familiarise avec une des Mitsvot de la Torah ¬ę Ne taillez pas en rond les coins (p√©ot) de votre chevelure ¬Ľ (Vayikra 19;27), une des raisons pour laquelle on leur laisse les P√©ot (papillotes). D’autre part, √† 3 ans, l’enfant commence √† √©tudier la Torah en assimilant, tout d’abord, l’alphabet (alef-bet) h√©bra√Įque qu’on lui fait d√©couvrir avec du miel ou des douceurs afin qu’il go√Ľte aux d√©lices de la Torah et d√©veloppe, d√®s son jeune √Ęge, un amour pour la Torah. Aussi, toujours dans cet esprit d’initiation √† l’√©tude, √† l’occasion de sa premi√®re coupe de cheveux, l’enfant passe du statut de Essav que la Torah caract√©rise d’¬ę homme velu ¬Ľ √† celui de Yaacov qui, lui est d√©fini comme ¬ę un homme lisse¬Ľ.

Pour quelles raisons, les enfants ont coutume de jouer avec des arcs √† fl√®ches [factices] le jour de Lag Ba√īmer ?

Cette habitude est li√©e √† l‚Äôenseignement du Midrach (Y√©rouchalmi Berakhot 9, 2) qui affirme qu’aucun arc-en-ciel n’est apparu du vivant de Rabbi Chimon bar Yo’ha√Į. Rappelons que les arcs-en-ciel apparurent √† la suite du d√©luge pour rappeler la promesse d’Hachem de ne pas d√©truire le monde m√™me lorsqu’il le m√©riterait (Ber√©chit 9;12-13). La grandeur de Rabbi Chimon bar Yo’ha√Į fut telle qu’il prot√©gea le monde entier de toute calamit√© de son vivant. D’o√Ļ l’absence d’arcs-en-ciel durant sa vie.