4 décembre 2022

Les élections israéliennes

C’est une erreur de croire que seuls les orthodoxes religieux doivent voter pour les partis religieux Shass ou Guimel (Yaadout Hatora). Ces élections ne sont pas politiques, il ne s’agit ni d’argent ni de pouvoir et ni d’honneur. En France, même ceux qui étaient très loin de la Tora avaient du respect pour les Rabbanim, pour le Chabbath, pour la tradition, même les non-pratiquants n’ont jamais blasphémé, méprisé comme on peut l’entendre aujourd’hui des plus importants politiciens d’Israël, dont voici les slogans :

Gantz : « A’hdout hahilonith – l’unité laïque »

Libernan : « Medinat lelo Halakha – un pays sans lois religieuses »

Lapid : « Medina bli dat – un pays sans religion »

L’ultime but de tous ces partis et de retirer toute trace de Tora et de judaïsme en Israël ! Si ces partis passent (que D’ nous en préserve), nous n’aurons plus le droit de vivre notre religion dans notre propre pays ! Celui qui se sent juif, qui aime Hachem et Sa Tora, celui qui veut donner une éducation religieuse à ses enfants, celui qui a la émouna dans les Rabbanim, a un devoir d’aller voter pour CHASS ou GUIMEL, lui sa femme, ses parents et ses enfants, même s’il doit revenir de France ! Ce vote ne concerne pas que les religieux de Bené Braq ou de Yerouchalaim, mais tous les Juifs d’Israël, du nord au sud ! Tout celui qui croit dans les bénédictions de rav ‘Haïm Kanievski chlita ou du ‘Hakham Chalom Cohen chlita et de tous nos maîtres, doit aussi les croire quand ils demandent de voter pour Shass ou Guimel.