4 décembre 2022

CHABAT—ROCH ’HODECH— ‘HANOUKA

Ce Chabat est le Chabat de Hanouka et aussi la veille de Roch ‘Hodech. Nous allons rapporter différentes questions Hala’hiques sur ces sujets.

À partir de quelle heure doit-on procéder à l’allumage quand Hanouka tombe la veille de Chabat ?

Chabat de Hanoukka, nous devons allumer les lumières de Hanouka avant celles de Chabat.

-Si on a déjà prié Min’ha, on allumera les lumières de Hanouka un quart d’heure avant la Chéki’a (coucher du soleil). Par contre si on n’a pas encore prié Min’ha, on avancera l’heure de l’allumage, sans dépasser l’heure de Plag Haminh’a (c’est à dire une heure et quart avant la sortie des étoiles).   (‘Hazon Ovadia ‘Hanouka p70)

-Dans le cas où l’on a allumé proche de la Chéki’a, et que, si on attend d’allumer toutes les bougies de Hanouka on aura plus le temps d’allumer celles de Chabat, la maitresse de maison allumera tout de suite après que son mari aura allumé la première bougie de Hanouka.

-On fera attention de mettre une quantité d’huile suffisante (ou de prendre de grandes et grosses bougies) pour qu’elles continuent de brûler pendant au moins une demi-heure après la sortie des étoiles.

 Que faut-il faire si on a oublié de dire Ya’alé véyavo dans la prière (la Amida) ?

Si l’on s’en souvient au moment de dire « Baroukh ata Hachem… » avant de conclure par « hama’hazir chékhinato létsion », on dira « lamédeni ‘houkékha » puis on dira « Ya’alé véyavo ».

 Si l’on a récité toute la bénédiction de « hama’hazir chékhinato létsion », on dira « Ya’alé Véyavo » avant de dire Modim.

Si l’on a déjà récité « Modim » et que l’on s’aperçoit que l’on a oublié de dire « Ya’alé Véyavo », tant que l’on n’a pas fini la Amida on reviendra à « Rétsé ».

Si l’on s’en aperçoit après avoir fini la Amida, on recommencera depuis le début (à l’exception de la prière du soir). (Choulkhane ‘Aroukh Simane 490 séif 2 Hazon ‘Ovadia Hanouka p. 265)

Que faut- il faire si on a oublié de dire Ya’alé véyavo dans le Birkat Hamazon ?

 Si l’on s’en souvient au moment de dire « Baroukh ata Hachem… » avant de conclure par Boné Yérouchalaïm on dira « lamédeni ‘houkékha » puis on dira « Ya’alé véyavo ».

Si on a récité toute la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm », on dira la bénédiction suivante « Baroukh ata Hachem élokénou Mélékh a’olam acher nathan yamim tovim lé’amo Israël léssassone oulésim’ha éte yom ‘hag hamatsot hazé éte yom tov mikrabkodéche hazé, baroukh ata Hachem mékadech Israël véhazémanim ».

 Si on a commencé à dire « Baroukh ata Hachem » avant de dire « La’ad haél avinou », on continuera par « Acher nathan… » .

Les femmes ont–elles la coutume de ne pas travailler pas le jour de Roch ‘Hodech ?

Effectivement le Pirké DéRabbi Eli’ézer rapporte qu’au moment où Aharon Hacohen a demandé aux hommes d’enlever leurs boucles d’oreilles pour confectionner le veau d’or, les femmes ont refusaient, par ce mérite Hachem leur donna une récompense dans ce monde qui est de ne pas travailler le jour de Roch ‘hodech (Nos sages enseignent qu’Aharon a volontairement ordonné une telle chose, car il s’avait que les femmes refuseraient). C’est pour cela qu’une femme qui ne veut pas travailler ce jour-là pourra s’en abstenir, mais il sera permis de faire des travaux qui ne demandent pas d’efforts. Plus encore, un homme n’a pas le droit d’obliger sa femme de travailler à Roch ‘Hodech si elle désire de ne pas travailler même s’ils se trouvent dans un endroit où les femmes travaillent ce jour-là.  Cependant si le fait de ne pas travailler peut engendrer une perte d’argent pour la société où elle travaille, ou encore qu’elle risque de perdre sa place elle pourra travailler comme d’habitude.  (‘Hazon ‘Ovadia volume de Hannouka lois de Roch ‘Hodech p.246 et 250)

Malheureusement cela fait plusieurs semaines que le Chabat est profané publiquement au sein même du peuple juif en Israël. C’est pour cela que les grands de notre génération ont demandés que chaque juif se renforcer dans l’observation du Chabat. Nous vous proposons chaque semaine un enseignement de nos sages qui nous permettra de nous renforcer dans cette belle Mitsva qui est la source de toutes les bénédictions.

Le Ben Ich ‘Haï explique que les deux bougies que nous allumons en l’honneur de Chabat est une pour l’homme est une pour la femme.

Il faut comprendre pourquoi.

La Michna dans Ohalot enseigne que l’homme a 248 membres et que la femme en a 252 et donc il y a en tout 500 membres. D’un autre côté la valeur numérique du mot Ner/bougie est de 250 et donc 250 X 2= 500. On comprend donc pourquoi le Ben Ich Haï enseigne qu’il faut allumer au moins deux bougies une pour l’homme et une pour la femme.

Chabat Chalom.