Le sucre, si doux et si amer

Qu’est-ce qui peut bien être «amer» dans le sucre si doux et si délicieux ? En quoi peut-il être nuisible ? A notre dentition, certainement, mais encore ? Est-il concevable d’arrêter de boire des jus de fruit sucrés, du café ou du thé avec deux cuillerées de sucre ? Ce sont des questions de très bon « goût » certes. Mais lisez les lignes suivantes (tirées pour la plupart d’ouvrages médicaux  et scientifiques) et réfléchissez-y sérieusement

Le sucre est un produit traité, obtenu pat des opérations de raffinage et de blanchissage – connues depuis 250 ans -qui lui enlèvent ses composants vitaux et le privent ipso facto de ses éléments naturels, créés par le Créateur pour le rendre le plus digeste possible et l’adapter aux besoins de notre corps. Le sucre raffiné atteint ainsi une concentration qui n’existe dans aucun aliment naturel. En conséquence, il arrive comme «une bombe» sur le pancréas, qui fabrique l’insuline chargée de le décomposer [autrement dit. de le digérer]. Le sucre force cet organe à une hyperactivité qui, ajoutée à d’autres charges pesant sur l’appareil digestif, entraîne, son disfonctionnement et le diabète, caractérisé par une insuffisance d’insuline.

S’il vous semble exagéré d’assimiler une cuillerée de sucre à une « bombe », voici un exemple concret qui illustre ses effets néfastes sur l’organisme : un diabétique qui parvient à un état d’hypoglycémie commence à transpirer, à trembler et il se en  danger  de  mort. Une cuillerée de sucre augmente immédiatement le taux de sucre dans le sang et lui sauve la vie !Ceci nous montre bien le pouvoir d’une simple cuillerée de sucre- De plus, l’organisme étant incapable de produire la quantité calcium et de vitamines nécessaires à la digestion du sucre à haute concentration, celui-ci puise dans les réserves et est donc responsable, entre autres, de l’ostéoporose (décalcification des os). Par ailleurs, afin de digérer le sucre, l’estomac doit consommer une grande quantité de vitamines que le corps n’est pas capable de produire. Tout ceci est dû au fait que l’on parle ici d’un sucre hyper-concentré. [Afin de se représenter la chose, sachons que la fabrication de deux cuillerées de sucre, nécessite une quantité de canne à sucre que l’on ne pourrait consommer en une fois !]

L’excédent de sucre dans le corps, est stocké dans le foie sous forme de graisse. Cependant, le foie ne peut en emmagasiner que 60 gr. sous cette forme. L’excédent passe dans les hanches et dans d’autres parties de l’organisme. Les réservoirs de graisse pèsent sur le cœur et peuvent provoquer différentes maladies.

L’excès de sucre a d’autres effets négatifs, tels que l’obésité car il ne fournit au corps que des calories de mauvaise qualité, des hydrates de carbone qui se transforment immédiatement en graisse et entraînent des caries, des troubles cardio-vasculaires, glandulaires, digestifs etc….

Il est important de savoir et de se rappeler qu’un grand nombre d’aliments, gâteaux, gaufrettes, pizzas, crackers, pâtes, soupes lyophilisées, conserves, confiseries, jus de fruit, glaces, et les différentes sortes de biscuits contiennent du sucre, de la farine blanche, de l’huile, de la margarine, du sel et des additifs chimiques en quantité non négligeable.

En conclusion le sucre n’est pas aussi             «inoffensif» qu’il paraît. Contrairement à l’idée largement répandue, il n’y a aucune différence entre le sucre blanc et le sucre brun, car ce dernier est traité, lui aussi. C’est la même différence qu’entre le pain blanc et le pain noir qui sont faits, tous deux, de farine «vide» (obtenue avec des grains de blé dont on a enlevé le son). On peut utiliser des produits de remplacement comme le miel, mais là aussi en petite quantité. Même celui qui ne parvient pas à se passer complètement de sucre blanc doit s’efforcer au maximum de limiter sa consommation.

Extrait de l’ouvrage « Une vie saine selon la Halakha »

du Rav Yé’hezkel Is’hayek Chlita

Contact 00 972.361.87.876

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *