28 septembre 2022

Térouma: Une place dans son cœur

« Et ils Me construiront un Sanctuaire, pour que Je réside au milieu d’eux. » Chémot (25 ; 8)

Rachi nous explique, à propos de ce verset, que les Bnei Israël devaient construire un Sanctuaire à l’intention de Hachem.

Mais alors la fin du verset est surprenante ! En effet il est écrit : « Je réside au milieu d’eux » (des Bnei Israël), or selon l’explication de Rachi il aurait dû se terminer par : « Je réside au milieu de lui » (du Sanctuaire).

Le Yalkout Chimouni nous enseigne que Moché Rabénou s’est effrayé en entendant cet ordre de Hachem de construire une « résidence » pour Lui. Il L’interrogea donc de cette façon : « Maître du monde, il est écrit : « Le ciel et tous les cieux ne pourraient Te contenir » 1 et Tu ordonnes de construire un sanctuaire ? » Hachem lui  répondit :

« Ce n’est pas comme tu le penses, vingt planches du côté Nord, et vingt planches du côté Sud et huit à l’Ouest et Je descendrai et limiterai la Chékhina ici-bas comme il est écrit : « C’est là que Je te donnerai rendez-vous. »2

Les commentateurs expliquent que ce verset contient un double sens : le sens simple, qui est l’ordre de Hachem de construire le Michkan, et le deuxième qui explique le pluriel de la fin du verset « au milieu d’eux » et nous apprend que Hachem veut résider à l’intérieur de nous-mêmes, et plus précisément dans notre cœur.

Comment expliquer que le Maître du Monde qui contrôle et gère chacun des pas et gestes de toute créature sur terre, nous demande de lui construire une Résidence ? Que voulait-Il en faire ?

Le Midrach nous relate l’histoire d’un Roi qui maria sa fille unique, et demanda en faveur à son gendre, de lui réserver une pièce où il pourra rendre visite à sa fille de temps en temps.

De la même façon Hachem, qui a marié sa Torah aux Bnei Israël, désire tout de même garder une proximité avec elle, et pour cela, il nous demande de Lui édifier un Sanctuaire, afin de lui accorder une place dans notre quotidien. C’est ce que nos Maîtres appellent Hachraat Hachékhina.

Hachem est partout, sauf dans une petite partie de notre corps : notre cœur.

Le cœur ne réserve de la place qu’à celui qui y est invité par son propriétaire.

Le Rav ‘Haïm de Vologzin explique dans son ouvrage Roua’h ‘Haïm, que lorsqu’un artisan conçoit un verre, plus il creuse et affine la matière brute de base, plus ce verre pourra contenir de liquide.

Jusqu’à preuve du contraire, il est très difficile, voire impossible de remplir un objet plein.

Il en est de même pour l’homme : pour que Hachem puisse résider en lui, il devra lui faire de la place, et pour cela creuser, s’affiner.

Comme nous enseigne Rabbi ‘Hanina: « Tout est dans les mains du Ciel, sauf la crainte du Ciel » 3

La crainte, l’amour, proviennent du cœur. Hachem est tout-à-fait capable de diriger le cœur de l’homme, mais c’est notre rôle de nous travailler, pour faire grandir notre crainte et notre amour.

Comment parvenir à cette crainte, comment pouvons-nous raffiner notre cœur pour que celui-ci devienne le réceptacle de la Chékhina ?

La réponse se trouve dans le début de notre verset, « Et ils me construiront un Sanctuaire », cela signifie : être occupé à faire Torah et Mitsvot, jusqu’à ce que soit reconstruit le Beth Hamikdach qui a été détruit.

Il faut pour cela fréquenter avec le plus grand respect les petits Sanctuaires dont nous disposons aujourd’hui : les Synagogues, Yéchivot et autres centres d’étude de la Torah, qui sont pour ainsi dire des annexes du Beth Hamikdach.

Chaque mot de Limoud ou de Téfila,  nous permettra de nous élever et d’être plus proches de Hachem afin qu’Il puisse pénétrer en nous.

Le Beth Hamikdach sera reconstruit lorsque chaque Juif l’aura édifié en lui et qu’il offrira à Son Créateur une place suffisante en son cœur, il n’existera en nous que si nous le désirons.

Rav Mordekhai Bismuth

1Melakhim1 (8 ; 27)

2Chémot (25 ; 22)

3Méguila 25a