22 juin 2024

male hand flipping one of six cubes with letters, turning the word "change" to "chance". Cubes are lying on wooden surface.

VAERA: La Mutation Positive

Cette semaine commence le processus de la sortie des BneĂŻ IsraĂ«l de l’esclavage Ă©gyptien.
Nous allons vivre et admirer le spectacle fĂ©erique qu’Hachem va orchestrer sur l’Égypte. Comme il est dit “Je me suis jouĂ© de l’Égypte” Hachem va se moquer d’eux.
Essayons de comprendre pourquoi il a fallu dix plaies? Quelle est la logique de la progression dans ces dix Ă©vĂ©nements jusqu’à l’aboutissement et la rĂ©alisation de ce qui Ă©tait recherchĂ© ? Hachem avait la possibilitĂ© de se dĂ©barrasser de l’Égypte entiĂšre en quelques fractions de secondes
 Quel est le but recherchĂ© de cette avalanche de plaies spectaculaires et uniques.
La Rav Pinkus Zatsal, explique que les dix plaies qu’Hachem a envoyĂ© sur l’Égypte n’avaient pas pour but de dĂ©livrer les BneĂŻ IsraĂ«l des mains du joug Ă©gyptien, car si c’Ă©tait le but, un seul grand coup aurait suffi.
En frappant l’Égypte de dix plaies, Hachem a transmis un cours magistral de « Emouna-foi » aux yeux du monde. Il a par cette fĂ©erie de plaies, inculquĂ© au monde Sa Puissance et Son contrĂŽle sur le monde et la nature.
Sur le lĂ©gendaire bĂąton que MochĂ© avait en main, Ă©tait gravĂ©s le Nom le plus saint d’Hachem, ainsi que les initiales du nom des dix plaies : « DĂ©tsakh, ‘Adach, BĂ©a’hav ».
Rabbi YĂ©houda nous enseigne que ces acronymes des dix plaies gravĂ©s sur le bĂąton de MochĂ© Ă©taient bien plus qu’une aide mnĂ©motechnique pour s’en souvenir, mais une vraie source d’information. Ils dĂ©signent en effet une classification spĂ©cifique des 10 plaies en trois groupes distincts de trois plaies, la derniĂšre plaie reprĂ©sentant une catĂ©gorie Ă  elle seule. Chaque groupe de plaies contient un message et un but.
‱ Groupe DĂ©tsakh : Le sang, les grenouilles et les poux, prouvĂšrent l’existence de Hachem Ă  Pharaon qui refusait d’y croire. Ces plaies furent accomplies par Aharon avec l’aide du bĂąton.
‱ Groupe ‘Adach : Les bĂȘtes fĂ©roces, la peste et les ulcĂšres, tĂ©moignĂšrent de la puissance et du pouvoir de Hachem sur toute la face du monde. Ces plaies furent accomplies par MochĂ© mais sans le bĂąton.
‱ Groupe BĂ©a’hav : La grĂȘle, les sauterelles et les tĂ©nĂšbres, dĂ©montrĂšrent que Seul Hachem gĂšre le monde, et qu’Il a les pleins pouvoirs. Ces plaies furent accomplies par MochĂ© avec le bĂąton.
‱ La mort des premiers-nĂ©s n’appartient au troisiĂšme groupe que par souci mnĂ©motechnique, mais elle vint dĂ©montrer que la vie et la mort sont entre les mains de Hachem. Cette plaie s’accomplit par MochĂ© sans bĂąton.
De plus, au sein de chaque groupe, les deux premiĂšres plaies survinrent aprĂšs un avertissement, tandis que la troisiĂšme s’abattit subitement. Aussi, pour les premiĂšres de chaque groupe, Pharaon fut averti de bon matin sur les bords du Nil. Quant aux deuxiĂšmes de chaque sĂ©rie, il le fut dans son palais.
C’est de maniĂšre progressive et mĂ©thodique qu’Hachem a frappĂ© l’Égypte. Dans un premier temps Il va prouver Son existence, ensuite Il tĂ©moigne Sa puissance et Son pouvoir. Pour ensuite dĂ©montrer qu’Il est le Seul Ă  gĂ©rer le monde. Enfin, par la derniĂšre plaie Il confirme pour ceux qui ne l’avaient pas encore compris, que la vie et la mort sont entre Ses mains.
Hachem ne frappe pas pour rien et ne frappe pas en plus. Chaque coup est jaugé et mesuré au millimÚtre prÚs.
VoilĂ  maintenant un an, presque jour pour jour que le cƓur du monde bat au rythme de la corona. La vie, la mort, les incertitudes. Mais qui est-elle ? D’oĂč vient-elle ?
Évidement les plus grands spĂ©cialistes et analystes gĂ©opolitiques ont Ă©mis diffĂ©rentes Ă©ventualitĂ©s sur la cause des Ă©vĂ©nements :.. Bill Gates, la Chine, la mafia international, Ben Laden, Ali baba
et j’en passe.
Comme Ă  l’époque des plaies Ă©gyptiennes, le monde est frustrĂ© de ne pas connaĂźtre, ou plutĂŽt reconnaĂźtre la cause et l’exĂ©cuteur.
Et comme les mages Ă©gyptiens on s’active Ă  chercher des remĂšdes, des solutions pour dire, « nous aussi on peut ! Ensemble nous allons la vaincre ! »
On pensait dĂ©tenir le monde entre nos mains, entre autre grĂące aux progrĂšs technologiques, mĂ©dicales et militaires. Chaque pays Ă©tait parĂ© contre toute attaque cyber, terrestre ou dans les airs. Mais toutes ces avancĂ©es on mit un coup Ă  la Emouna : Les slogans et titres Ă  la une des journaux sont « Nous crĂ©ons, Nous gagnons, Nous ferons
 »Nous, Nous rien que Nous!
Mais voilĂ  dĂ©jĂ  un an, Hachem dans Sa grande patience et misĂ©ricorde, a mis un frein Ă  toute cette dĂ©fĂ©rence et tient le monde avec un minuscule microbe, pour nous dire « coucou, c’est Moi qui gĂšre ! La vie et la mort sont entre Mes mains »
A la fin du traitĂ© de Makot (24a), la guĂ©mara enseigne comment, de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration, les cƓurs se sont rĂ©trĂ©cis et les forces spirituelles ont dĂ©clinĂ©. Elle cite le prophĂšte Habakouk qui synthĂ©tisa toutes les Mitsvot de la Torah Ă  une unique Mitsva, la Emouna, comme il est dit « le juste vivra par sa Emouna » (Habakouk 2;4)
Il existe bien Ă©videmment de nombreuses maniĂšres de comprendre cette guĂ©mara qui paraĂźt trĂšs abstraite. Rav Chlomo Bravda zatsal nous offre l’explication suivante: « l’ensemble de la Torah repose sur une base trĂšs fragile qui se nomme la Emouna. Plus un homme vit avec cette croyance qu’il existe un Patron qui gĂšre tout, qu’il n’existe pas de hasard
plus il a de force pour accomplir les autres Mitsvot. Il ne suffit pas de croire en Hachem et d’accomplir les Mitsvot, mais il faudra vivre avec cette Emouna. »
Le Gaon de Vilna Ă©crit que la Torah a Ă©tĂ© donnĂ©e aux BneĂŻ IsraĂ«l uniquement pour qu’ils placent leur confiance en Hachem. Si nous avons un devoir d’approfondir toutes les Mitsvot de la Torah, l’étude exhaustive de la Emouna est primordiale. Le vĂ©ritable remĂšde, confirmĂ© et vĂ©rifiĂ©, c’est la Emouna.
Les plus grandes souffrances que l’homme Ă©prouve, c’est lorsqu’on lui retire sa Emouna. Certaines maladies graves, que D. nous en garde, trouvent leur guĂ©rison dans un renforcement de Emouna, comme l’enseigne Rabbi Na’hman miBreslev (LikoutĂ© Moaran, 5) : « L’essentiel, c’est la Emouna. Chacun doit se trouver et se conforter dans la Emouna. »
Les mutations anglaises et sud-africaines sont là
 mais c’est Ă  nous de nous muter !
Mutons nos cƓurs vers Hachem d’une « Emouna Chelema-foi entiĂšre”, et mĂ©ritons de vivre tres prochainement la DĂ©livrance finale. Amen

Chabat Chalom – Rav Mordekhai Bismuth