Couronné par le Roi des Rois

« Moché se mit en colère contre les officiers » (31-14)

Moché Rabénou se mit en colère contre les officiers de l’armée qui épargnèrent les femmes qui firent fauter les enfants d’Israël ; ensuite est relaté le procédé de cachérisation des ustensiles récoltés dans le butin de guerre que ramena Elazar hacohen sur l’ordre de Moché Rabénou. Pourquoi Moché Rabénou n’a pas enseigné lui-même ce procédé et ce fut Elazar hacohen qui le fit à sa place ? Rachi explique : « Car Moché était en colère et cela l’induit en erreur car il oublia les halakhot relatives à la cachérisation des ustensiles ».

Le Rav « Sifté Cohen » zatsal écrivit que la colère de Moché Rabénou était inutile. Car s’il avait vérifié l’affaire, il aurait compris que les officiers avaient emmené les femmes à la base militaire afin de les exécuter, mais ils s’attardèrent afin d’honorer le nom Divin, de célébrer Sa force et de remercier pour le miracle au cours duquel douze mille hommes vainquirent un peuple si nombreux, qui ne comptait pas moins de trente-deux mille filles de moins de trois ans ; tous les soldats juifs sortirent sains et saufs de cette guerre. Nous apprenons de cette affaire qu’il ne faut pas tirer des conclusions hâtives et il ne faut pas juger négativement mais attendre et voir dans chaque chose la providence divine qui est toujours bonne.

L’histoire suivante illustre bien notre propos selon lequel tout ce que D. fait est pour le bien et même si parfois cela nous semble mauvais, nous devons nous renforcer dans notre foi qu’Il voit tout et que Lui seul sait comment vont se terminer les choses.

L’histoire de Samuel M., qui prit rendez-vous chez le dentiste, afin de faire une couronne sur une dent ; ce genre de soin est considéré comme relativement simple, et n’engendre aucun danger particulier. Toutefois, dans notre histoire, ce soin se compliqua terriblement. Le dentiste prépara la couronne, mais lorsqu’il l’introduit dans la bouche du patient afin de couvrir la dent soignée, la couronne se détacha de l’instrument auquel elle était fixée et tomba directement dans la gorge du patient. Le danger était très grand car un côté de la couronne était très tranchant et pouvait couper l’œsophage.

Le dentiste envoya d’urgence le patient à l’hôpital où on lui fit une échographie. Entre-temps, quelques amis de Samuel qui entendirent l’histoire, arrivèrent à l’hôpital. L’un des amis, révolté de la négligence du dentiste, déclara avec détermination : « Dès que l’opération sera terminée, je vais intenter un procès à ce dentiste qui néglige sa responsabilité professionnelle ! »

Les membres de la famille de Samuel attendaient près de la porte de la salle d’échographie. Le médecin sortit de la salle, le visage sombre, et leur dit : « Nous avons procédé à une échographie détaillée, et à notre grande joie nous avons trouvé que la couronne est tombée dans la gorge du bon côté, et il n’y a aucune inquiétude à avoir. Cependant, nous avons trouvé une toute petite tumeur cancéreuse dans la gorge et nous n’aurions pas pu le découvrir si nous n’avions pas fait l’échographie détaillée de la gorge pour vérifier la situation de la couronne ». Samuel ne s’était jamais plaint de douleurs dans la gorge et il n’aurait jamais fait d’échographie de la gorge si la couronne n’y était pas tombée suite à la « négligence » du dentiste. C’est grâce à cette échographie que la tumeur fut découverte à temps.

Les médecins expliquèrent que l’état de la tumeur permettait de commencer des soins de chimiothérapie

qui sauveront la vie de Samuel. La chimiothérapie commença et la tumeur fut neutralisée.

A présent, chacun pouvait comprendre qu’il n’y avait aucune raison de soutenir l’ami qui avait décidé d’intenter un procès contre le dentiste… Les membres de la famille lui expliquèrent qu’il était hors de question d’intenter un procès contre le dentiste car tout avait été pour le bien de leur proche !

Bien que personne ne nie le fait que le dentiste était coupable sans aucun doute d’avoir manqué à ses responsabilités professionnelles, D. savait que la meilleure chose pour Samuel était que la couronne tombe dans sa gorge.

Il ne s’agit pas d’une histoire qui se termina bien « après coup » ou d’une histoire qui aurait mieux fait de ne pas exister. En fait, il est possible d’affirmer que c’était véritablement la meilleure chose qui puisse arriver. Cependant, à nos yeux, la réalité semble inversée, et l’histoire de Samuel apparaît comme terrifiante. Mais celui qui place sa foi en D. et sait que tout ce qu’Il fait est seulement pour le bien, et y croit de tout son cœur, aura la force de rester serein même dans la plus grande tourmente.

C’est vrai qu’il est plus facile de parler que de ressentir vraiment cette sérénité ! Toutefois, chaque Juif a l’obligation de placer entièrement sa foi en D.ieu, d’éduquer ses enfants dans cette foi et de répéter que tout ce que D. fait est exclusivement pour le bien, même si nous ne comprenons pas tout…

Afin de réussir à ressentir cette foi totale dans la providence Divine, il faut commencer par des « petits malheurs ».Par exemple, quand nous ratons le bus ou si nous avons reçu un coup. Nous devons expliquer aux enfants que nous savons que tout est pour le bien et que tout est dirigé par la providence Divine même si nous ne comprenons pas pourquoi. Si nous commençons par des petites choses, et que nous nous entraînons à voir la providence Divine dans tous les événements de la vie, nous arriverons vite à un grand degré de foi en D., cela nous aidera à surmonter d’autres évènements peut-être plus difficiles. Tout cela en souhaitant qu’aucun Juif ne subisse de malheurs. (Extrait de l’ouvrage « Le’hanekh besim’ha-Eduquer dans la joie »)

Rav Moché Bénichou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *