5 août 2021

Le chant (Chira) de la délivrance…

Pessa’h c’est le temps de notre délivrance et on continuera sur la même lignée. Il s’agit d’une jeune fille, Chira, âgée de 18 ans, qui habite le pays où Hachem a les yeux fixés depuis le début de l’année jusqu’à la fin! Notre jeune fille fera un grand processus de Techouva pour se rapprocher de la Tora et des Mitsvoth. Or les parents de Chira ne le voient pas du même œil ! Les parents éloignés de la Tora commencèrent à lui faire toutes sortes de réprimandes, et le jour du Chabbat par exemple alors que Chira avait préparé la Plata de Chabbat et avait reçu le Chabbat un des membres de la famille débranchait la plaque de cuisson pour embêter Chira ! Devant toutes ces invectives, tensions et réprimandes Chira tenait bon, quelquefois elle pleurait quand même toute seule dans sa chambre. Seulement arriva l’âge du Chidoukh, des rencontres. Chira attendait beaucoup de son mariage: faire sa vie avec un bon Ba’hour Yechiva avec de bons traits de caractères: tout ce qu’elle espérait!

Les parents prêtèrent attention aux dernières intentions de leur fille et un soir le père prit sa fille à part et lui dit:  » J’ai entendu que tu cherches comme parti un Ba’hour Yechiva qui a fait Techouva. Sache qu’il ne franchira pas le seuil de ma maison! C’est préférable que tu abandonnes tes idées rétrogrades… Choisis un jeune qui nous ressemble « . Les parents étaient originaires du sud de la Russie traditionnalistes et c’est TOUT.  » Au maximum qu’il fasse le Kidouch alors que la télé est allumée!  » Chira entendit ces paroles dures, son père ne recevrait pas son Hathan et c’était terrible pour elle! Le fait de devoir couper les ponts avec ses parents étaient très difficile… Elle s’engouffra dans sa chambre et pleura à gros sanglots et  fit une prière très authentique au Ribono chel ‘Olam: Lui seul peut la sauver ! Après quelques jours, le père de famille prend son téléphone et contacte sa femme. Or, il n’a pas fait attention et se trompe dans la numérotation. A peine le combiné de l’autre côté du fil se souleva que le père commence à parler à sa femme supposée en patois du sud de la Russie… Après quelques mots une dame lui coupe la parole. Or incroyable, la femme qui lui a répondu était du même coin que le père. Elle lui a donc répondu dans le même dialecte ! Le père s’excusa et s’apprêtait à raccrocher quand il lui demanda de quelle famille elle était issue. Elle lui répondit et après ils commencèrent une discussion de choses et d’autres jusqu’à ce que le père lui raconte les problèmes avec sa fille qui cherchait à se marier alors qu’elle avait fait Techouva. La femme au bout du fil répondit: «C’est étrange, j’ai tout juste le même problème avec mon fils… la Techouva est un problème partagé par de nombreuses familles… ! Le père dit à cette mère tourmentée : « Et si on présentait nos deux enfants ? » La requête fut acceptée et de suite le père demanda à parler à Chira en lui annonçant qu’il avait un parti pour elle. La fille pensait que son père se moquait d’elle et qu’il voulait lui présenter un des beaux-gosses de Tel Aviv ou de Raanana, chose qu’elle ne voulait ABSOLUMENT PAS ! Mais le père l’a rassurée et lui dit qu’il avait une perle rare à lui présenter: un Ba’hour Yechiva qui a un parcours identique au sien et provient de la même communauté. Les deux familles firent les présentations et Chira sortit ravie de la rencontre. Elle a eu ce qu’elle recherchait de toute son âme, faire sa vie avec un élève des Yechivoth qui a de bons traits de caractères ! Les deux se marièrent, il y a plus d’une dizaine d’années, vivent heureux quelque part à ‘Holon, au pays où coule le lait et le miel et sont les parents d’une belle descendance… De plus, le jeune est accepté dans la famille de sa femme ! Tout cela à cause, ou plutôt grâce, à une mauvaise numérotation de téléphone… N’est-ce pas que cette histoire ressemble un petit peu à la sortie d’Egypte avec le père à la place de Pharaon qui activera, sans le vouloir, la délivrance de sa fille (qui ressemble au Clall Israël)…

Hag Saméa’h pour tout le Clall Israël et à la semaine prochaine si D’ le veut.

Rav David GOLD