Archives par mot-clé : berechit

Beréchit

« Hachem-Elokim forma l’homme, poussière du sol, Il insuffla dans ses narines un souffle de vie, l’homme fut âme vivante » (Beréchith 2,7)

Rachi nous explique que l’homme est formé d’éléments provenant de la terre et d’éléments provenant d’en haut : le corps d’en bas et l’âme d’en haut.

Rachi ajoute que les animaux et les bêtes sauvages sont également appelés « âmes vivantes ». Mais l’âme de l’homme est la plus vivante de toutes, car il s’y ajoute la connaissance et la parole.

Nous apprenons de là que chaque être vivant est composé de deux éléments : le «Gouf », le corps, et le «Néfech », l’âme. De plus, chaque âme correspond à son corps.

Ainsi un corps animal possède une âme animale, un corps humain possède une âme humaine. L’osmose des deux éléments dépend de leur adéquation. Ainsi, si l’on voulait expérimenter de « greffer » un élément animal sur un élément humain, le résultat serait le suivant : וne âme d’animal dans un corps humain donnerait un homme qui se comporte grossièrement, bassement. A l’inverse, une âme humaine dans un corps animal donnerait un être tellement mal à l’aise, qu’il ne pourrait pas supporter cette cohabitation et chercherait à tout prix à faire sortir son âme de ce corps.

C’est ainsi que le rav Pinkous zatsal définit le Gouf et le Néfech, il détermine le Gouf par « l’objet » et le Néfech par la « lumière ».

Plus concrètement, si on branche une ampoule conçue pour recevoir 220 V, sur un courant électrique de 110 V, elle éclairera, mais pas à 100%, sa lumière sera faible.

Mais si on branche une ampoule conçue pour recevoir 110 V, sur un courant de 220 V, après quelques instants, l’ampoule explosera. Lire la suite

POURQUOI LE MONDE A-T-IL ÉTÉ CRÉÉ?

Cette étude sera consacrée au bénéfice de la refoua cheléma de Moché ben Esther (famille Azoulay) Enghien-les-Bains et pour tous les malades du clall Israel

Au commencement.. Puisque c’est le début de la lecture de la Tora, je parlerai d’un principe dans le judaïsme. On le sait, la Tora a été donnée aux hommes afin de se parfaire dans la vie de tous les jours. Grâce aux Mitsvoth, un homme, le début, les dés sont jetés… Les premiers mots de la Tora sont « Beréchit bara Elokim eth Hachamayim veét Haarets. / Au commencement D’ a créé le ciel et la terre ». Or les Sages font une exégèse de ce verset, Beréchit/Au commencent. La base du mot c’est réchit : le commencement. Or la Tora commence par Bé-Réchit qui signifie « Dans » ou « Au  » commencement. Or la lettre Beit a aussi une valeur numérique de deux, pour nous apprendre que ce monde a été créé pour deux « Réchit »/prémices. Il s’agit du Clall Israel (peuple juif) et la Tora. C’est-à-dire que le monde, ses habitants bipèdes et quadrupèdes depuis la savane africaine jusqu’aux parcs zoologiques de Paris ou de NewYork…, tout cela a été créé de la main généreuse du Ribono chel ‘Olam pour les besoins du peuple juif… Intéressant, non ?

Seulement si on en restait là on pourrait considérer que tout ce beau monde a été créé pour le peuple juif sans aucune distinction de niveau de pratique dans la Tora. Donc Mr Lévy de New York -qui ne connait absolument rien de la Tora si ce n’est l’air de Kol Nidré de Kippour ou encore M. Cohen de Paris qui ne connait de tout son judaïsme que la sonnerie du chofar à la sortie du Kippour… Donc on aurait dit que c’est pour ces genres de personnes que le monde a été créé…. Soit… Seulement les Sages nous informent que lorsque la Tora commence par Bé-Réchit, c’est pour donner le diapason ! Le monde a été créé pour le peuple juif qui pratique la Tora c’est à dire les Mitsvoth et l’étude… Donc Mr Lévy de New York -s’il veut faire partie de cette grande fresque universelle- devra un beau jour se lever  de bon matin et regarder le ciel de Manhattan avec les premiers rayons du soleil qui pointe à l’horizon et il dira : « Oh, my G.od, c’est sûr qu’il y a Hachem dans ce monde… Il a créé toute cette magnifique harmonie afin qu’on se rapproche de Lui… Vite je vais aller dans un séminaire de Tora… ».
D’après ce formidable développement, on comprendra aussi que les Avrékhim (Collemans) et les Bahouré Yechivoth (élèves des Yechivoth) sont les fers de lance de la communauté. Car ils donnent une raison pour que le monde tourne et qu’il ne dérape pas plus…
Et s’il existe des lecteurs qui pensent différemment, je serais très intéressé de connaitre leurs opinions… Cela fait près de 250 semaines –Béni soit le Nom d’Hachem- que j’envoie ce feuillet et personne m’a dit : « Monsieur le Rabbin, j’ai ma petite idée sur le pourquoi de ce monde…  » Peut-être que ce monde a été créé pour que les kangourous d’Australie se développent en toute quiétude dans le désert du centre de cette grande île. Qu’en pensez-vous ?.
D’après cela, si l’on veut que le Covid-19 s’arrête, il faudra faire comprendre à toutes les couches de la société juive –depuis les derniers des mohicans gauchistes, aux libéraux – réformistes- et les sionistes laïcs- qu’ils arrêtent de parler à tort et à travers sur cette valeureuse frange de la société (les Avrékhim) qui s’épanchent chaque jours et pour certains les nuits à l’étude de la sainte Tora. Alors Hachem –dans sa grande Miséricorde nous ôtera nos masques afin de parler plus librement car cette fois on aura compris la grande leçon : fini la mauvaise parole et la conspuassions sur ces hommes d’exception.
Je voulais vous parler d’un autre sujet concernant la paracha mais puisque ce premier sujet me tiens à cœur je finirais par une anecdote véridique. Il y a près d’un siècle, un commerçant de la communauté d’Europe centrale faisait le commerce avec la très lointaine Chine (à l’époque c’était les biens manufacturés que la vieille Europe exportait vers la Chine…) .
Lors d’un de ses séjours en Europe il décida de rencontrer le grand Tsadik Talmid Haham: le Hafets Haim (il résidait dans la ville de Radin en Lituanie et décéda en 1933). Lors de cette rencontre, le saint home lui demanda la situation de la communauté juive autochtone (à l’époque –il n’y a avait pas encore de Corona semble-t-il). Il lui répondit que sur place il n’existait ni rav ni juges, donc ce n’était pas resplendissant… Le Hafets Haim lui transmis alors quelques livres qu’il avait écrit pour renforcer les Juifs de la Gola dans la pratique.
Puis le Hafets Haim lui demanda : qu’en est-il des chinois ? Il répondit que cela faisait des mois qu’il n’était plus sur place, mais que lors de son départ il s’était déroulé une catastrophe nationale. Une gigantesque digue s’était effondrée ravageant une province entière et faisant plus de 100 000 victimes… Le Hafets Haïm poussa un cri : »Quoi, des milliers de morts… Quel cataclysme ! Je vais vite faire un discours à la Yechiva ! »
Le commerçant n’en revenait pas et dira : « Rabbi, je ne comprends pas. Lorsque j’ai parlé de la situation de la communauté, le rav m’a transmis quelques livres tandis que lorsque j’ai rapporté les informations qui touchent uniquement des autochtones qui sont pour la plupart des paysans incultes et certains même idolâtres le rav a poussé un cri !? »
Le Hafets Haïm répondra : » Je te répondrais par une image. Mais avant dis-moi : combien y a-t-il d’habitants à Varsovie ? Un million… Parmi cette population combien de personne de la communauté et combien de gentils ? 30% juifs et le reste sont gentils. Maintenant –continua le Hafets Haim- si un homme monte sur une estrade au milieu de la grande place de Varsovie et commence à haranguer la foule en Yiddish. D’après toi, à qui s’adressera son pamphlet ? Bien sûr uniquement aux gens de la communauté, car qui parmi la population autochtone connait le Yiddish ?! Pareillement pour ce qui s’est passé en Chine. C’est Hachem qui a fait cette catastrophe afin que nous –son peuple -se réveille à une meilleure pratique. Car c’est la manière dont nous parle le Boré ‘Olam dans ce monde: à travers des événements qui peuvent  secouer le peuple juif. C’est uniquement  son peuple qui comprend son langage ! » Fin de ces paroles très intéressantes…
Et pour nous, chers lecteurs de 2020 ; si le monde vit le Corona depuis près de 10 mois, c’est certainement que la communauté -et chacun d’entre nous- à des choses à (par)faire…

Chabat Chalom et à la semaine prochaine Si D.ieu Le Veut

Rav David Gold