Archives par mot-clé : fiche pratique

Merci HACHEM!!

Remercier est une véritable source de bénédictions. En remerciant Hachem, nous créons de nouvelles opportunités de pouvoir Le remercier. Expliquons-le à travers la parabole suivante : lorsque vous avez rendu service à une personne et que celle-ci vient ensuite vous remercier en personne aimablement et avec un beau sourire, vous avez naturellement envie de l’aider à nouveau. Sa reconnaissance crée votre disponibilité future pour elle.

Pour la petite histoire, le Rav Elyashiv zatsal devait subir une intervention médicale délicate. Ses proches firent venir un professeur des États-Unis qui, grâce à D.ieu, parvint à le guérir. Quelque temps plus tard, notre maître demanda à un homme de son entourage comment on disait « merci beaucoup » en anglais. Il lui répondit qu’il allait se charger de remercier le professeur au nom du Rav. Mais le Rav lui expliqua qu’il est écrit qu’à la répétition de la Amida, chaque fidèle doit réciter lui-même le paragraphe de Modim sans compter sur la lecture de l’officiant. Cela vient nous apprendre qu’il ne faut pas remercier au moyen d’un intermédiaire. Il expliqua ainsi pourquoi il désirait remercier le professeur en personne.

‘HANOUKA: « Al Hanissim » traduit et commenté mot-à-mot

Une fiche indispensable pour s’imprégner et comprendre l’importance des jours de ‘Hanouka qui ont été institués pour être des jours de louanges (Hallel) et de remerciements (Al Hanissim) envers Hachem.

Vous avez la possibilité de partager ces fiches à votre entourage par mail, mais aussi sur papier, en participant à leur impression. Ces fiches seront distribuées dans les différentes communautés francophones d’Israël et de France.

contactez-nous

Les 13 attributs de miséricorde – Vayavor

La Guémara Roch Hachana 17b, nous enseigne ce qui suit : Rabbi Yo’hanane dit : « …Hachem s’enveloppa d’un Talit tel un officiant, et révéla à Moché la structure de la Téfila. IL lui dit :« Lorsque les Bneï Israël fauteront, qu’ils fassent devant Moi la Téfila de cette manière, et Je leur pardonnerai.»

Et Hachem enseigna à Moché les 13 attributs de miséricorde, comme il est dit dans Chémot 34;6 : « Et passa l’Éternel devant lui et il proclama : « Hachem ! Hachem ! D.ieu Tout-Puissant, Miséricordieux et clément, tardif à se mettre en colère, plein de bonté et de justice ; Il conserve Sa bonté jusqu’à 2000 générations ; supporte le délit, et la rébellion, et la faute et efface.»

De l’enseignement de cette Guémara nous voyons qu’Hachem conclut un accord avec Moché Rabénou qui nous assure que le fait de l’implorer en mentionnant les 13 attributs feront toujours de l’effet.

Le Rabénou Bé ‘Hayé nous enseigne qu’il faut comprendre les mots et le sens des 13 attributs. Tout celui qui les récite ainsi, ne verra jamais ses Téfilot vaines. (sauf s’il possède certaines fautes qui empêchent l’écoute de ses Téfilot)

Le Chaareï téchouva (§581;1) va même jusqu’à trancher la Halakha en disant qu’il est interdit de mentionner les 13 attributs sans ferveur.

Durant toute l’année et particulièrement au mois de Elloul et jusqu’à Yom Kippour, nous récitons les Séli’hot, dont l’élément essentiel sont les 13 attributs de miséricorde.

Ils jouent un rôle important dans notre processus de pardon et de téchouva. Cependant certains de nos Sages pensent que la Guémara citée ci-dessus ne vient pas enseigner de « dire » les 13 attributs mais de les « faire ». Ils doivent éveiller en nous la manière de se comporter avec notre prochain.

En effet il existe la Mitsva de marcher dans les voies de D.ieu comme il est écrit dans Devarim 28;9 : « וְהָלַכְתָּ בִּדְרָכָיו », ce qui signifie que nous devons adopter les mêmes attitudes que Lui, de même qu’Il est Miséricordieux, clément, tardif à se mettre en colère…c’est ainsi que nous devons être. 

Nos Sages nous enseignent que le traitement d’Hachem envers nous est calqué sur nos attitudes envers nos semblables.

Il convient de s’attacher et d’adhérer aux treize midot d’Hakadoch Baroukh Hou toute l’année, et de surcroît en période de « jours redoutables » où chacun d’entre nous sera jugé. Optons donc pour une attitude clémente et bienveillante envers nos semblables, pour bénéficier d’un jugement comparable