Une fiche de tonnerre qui nous éclaire….

  • Quel est le laps de temps pour réciter ces bénédictions?

Ces bénédictions doivent être récitées immédiatement après avoir vu l’éclair ou entendu le tonnerre, dans un laps de temps nécessaire pour prononcer les mots « Chalom ‘Alékha Rabbi/paix sur toi Rabbi ». (Choul. Aroukh O.H. §227 ;3  Michna Broura §12 – voir aussi Choul’hane Aroukh OH 582 ;1-2 Michna Broura§7)

  • Que faire si ce laps de temps s’est écoulé ?

Une fois ce temps écoulé, on ne pourra plus réciter la bénédiction. Cependant on attendra jusqu’au prochain éclair ou tonnerre, pour pouvoir réciter la bénédiction.  (Choul. Aroukh O.H. §227 ;3 Michna Broura §12 – ‘Hazon Ovadia Tou bi Chevat p 466)

  • Combien de fois est-il possible de réciter ces bénédictions dans une même journée?

Ces bénédictions ne se prononcent qu’une seule fois par jour. On considère une journée, du lever du soleil du jour jusqu’au lever du soleil du jour suivant. Exemple, si l’on a fait la bénédiction le matin, on ne la réitère pas le soir, même si beaucoup de temps s’est écoulé . La nuit dépend du jour précédent, comme pour les bénédictions de la Torah (‘Hazon Ovadia Tou bi Chevat p465 ; Halikhot Chlomo p287 §25).  Cependant, si durant la même journée, les nuages se sont totalement dissipés et que le ciel s’est éclairci; si le ciel s’assombrit de nouveau, on réitérera ces bénédictions pour un nouvel éclair ou tonnerre. (Choul. Aroukh O.H. §227 ;2  Michna Broura §8 – Piskeï Tchouva §227 ;7 note 34-35-36 )

  • Peut-on s’acquitter d’une seule bénédiction pour le tonnerre et l’éclair ?

Si l’on voit un éclair et que tout de suite après on entend le tonnerre, on ne récitera que la bénédiction de « ôssé Maâssé beréchit ». On sera tout de même quitte si l’on a récité «chéko’ho ougvourato malé ôlam» à la place. (Choul. Aroukh O.H. §227, Maguène Avraham§1 et Michna Broura §5 – ‘Hazone Ovadia Tou bi chevat p465)



Une fiche de tonnerre qui nous éclaire….

  • Quel est le laps de temps pour réciter ces bénédictions?

Ces bénédictions doivent être récitées immédiatement après avoir vu l’éclair ou entendu le tonnerre, dans un laps de temps nécessaire pour prononcer les mots « Chalom ‘Alékha Rabbi/paix sur toi Rabbi ». (Choul. Aroukh O.H. §227 ;3  Michna Broura §12 – voir aussi Choul’hane Aroukh OH 582 ;1-2 Michna Broura§7)

  • Que faire si ce laps de temps s’est écoulé ?

Une fois ce temps écoulé, on ne pourra plus réciter la bénédiction. Cependant on attendra jusqu’au prochain éclair ou tonnerre, pour pouvoir réciter la bénédiction.  (Choul. Aroukh O.H. §227 ;3 Michna Broura §12 – ‘Hazon Ovadia Tou bi Chevat p 466)

  • Combien de fois est-il possible de réciter ces bénédictions dans une même journée?

Ces bénédictions ne se prononcent qu’une seule fois par jour. On considère une journée, du lever du soleil du jour jusqu’au lever du soleil du jour suivant. Exemple, si l’on a fait la bénédiction le matin, on ne la réitère pas le soir, même si beaucoup de temps s’est écoulé . La nuit dépend du jour précédent, comme pour les bénédictions de la Torah (‘Hazon Ovadia Tou bi Chevat p465 ; Halikhot Chlomo p287 §25).  Cependant, si durant la même journée, les nuages se sont totalement dissipés et que le ciel s’est éclairci; si le ciel s’assombrit de nouveau, on réitérera ces bénédictions pour un nouvel éclair ou tonnerre. (Choul. Aroukh O.H. §227 ;2  Michna Broura §8 – Piskeï Tchouva §227 ;7 note 34-35-36 )

  • Peut-on s’acquitter d’une seule bénédiction pour le tonnerre et l’éclair ?

Si l’on voit un éclair et que tout de suite après on entend le tonnerre, on ne récitera que la bénédiction de « ôssé Maâssé beréchit ». On sera tout de même quitte si l’on a récité «chéko’ho ougvourato malé ôlam» à la place. (Choul. Aroukh O.H. §227, Maguène Avraham§1 et Michna Broura §5 – ‘Hazone Ovadia Tou bi chevat p465)

Réponses à vos questions

Est-ce une obligation de réciter 100 bénédictions par jour ?

Le Choul’hane ‘Aroukh écrit « un homme a l’obligation de réciter chaque jour au moins cent bénédictions ».

La raison de cette obligation est qu’à l’époque du Roi David mouraient tous les jours cent hommes du peuple juif pour cela le roi David instaura de réciter cent bénédictions par jour.

Pendant la semaine on peut arriver facilement à cent bénédictions même plus (le michna broura rapporte que l’on en récite 118). Par contre le Chabat les jours de Yom Tov il nous manque à peu près treize bénédictions. C’est pour cela qu’on les complétera en mangeant des fruits et en sentant des plantes aromatiques. Si on n’a pas de fruits ou de plantes aromatiques, on pourra a posteriori (bédiavade) compléter le nombre de bénédictions en pensant se rendre quitte en écoutant les bénédictions de la Torah et de la Haftara. ( Choul’hane ‘Aroukh Ora’h Haim Simane 46 seif 3 Michna Broura note 14)

À quel moment peut-on réciter les Selihot ?   

On pourra commencer à réciter les Selihot  après Hatsot Layla (moitié de la nuit) et pas avant, car ce n’est qu’après Hatsot qu’Hachem se lève de Sa Chaise de juge pour s’asseoir sur Sa chaise de miséricorde. Le Choul’hane ‘Aroukh rapporte qu’on a l’habitude de se lever avant l’aube depuis Roch ‘Hodech Eloul (non compris) pour réciter les Selihot. Si on n’a pas pu les réciter ni le soir après Hatsot ni le matin avant l’aube on pourra les réciter toute la journée jusqu’à la sortie des étoiles.

Une personne vivant par exemple en France peut-elle se baser sur l’heure de Hatsot d’Israël (qui est plus tôt) pour réciter les Selihot ?

A priori une personne habitant en dehors d’Israël ne pourra dire les Selihot qu’après Hatsot qui correspond à l’ endroit où elle se trouve. Cependant certains décisionnaires permettent de s’accorder avec l’heure de Hatsot d’Israël. C’est pour cela qu’une personne qui habite en France et qui entend les Selihot qui sont retransmises en direct d’Israël via la radio ou par vidéo-conférence pourra s’en associer et répondre à tous les Vayaavor et les Kadich.

Quelle est la bénédiction du Bamba ?

C’est une grande discussion entre le Yalkout Yossef et le Halakha Broura. Le Yalkout Yossef tranche que la bénédiction sur le Bamba est Bore Peri Haadama, car la forme du Bamba est faite à base d’un grain de maïs qui ne peut être consommer qu’après être chauffé à forte température jusqu’à qu’il explose. Le Halakha Broura tranche qu’il faut réciter Cheakol, car ce maïs n’a aucun goût et que tout le goût vient du beurre de cacahuète qui enrobe le Bamba. Dans ce cas il est très difficile de trancher la Halakha c’est pour cela que si on a l’habitude de suivre l’un de ces deux décisionnaires on le fera de même dans notre cas. Sinon, on demandera à son Rav et si on n’a pas de Rav on fera Cheakol sur un verre d’eau (si l’on a soif) ou autre et Hadama sur un fruit de la terre avant de manger des Bambas.

Dans quoi faut-il se renforcer pendant le mois de Elloul afin de mériter un bon jugement le jour de Roch Hachana ?

Il est écrit dans la Paracha de ‘Equev « Ce sera parce que vous écouterez ces ordonnances-là, etc. » Rachi explique : Si vous écoutez les Mitsvot faciles, celles que l’homme a tendance à piétiner avec ses talons.

Nous savons que la Paracha de ‘Equev tombe toujours proche du mois de Elloul, ainsi de l’enseignement de Rachi nous apprenons qu’il faut se renforcer dans les Mitsvot journalières qu’on a tendance à piétiner comme la Tefila le Birkat Hamazon.

Le Michna Broura rapporte qu’il est bon de lire dix psaumes par jour depuis Roch Hodech Elloul jusqu’à Roch Hachana et pendant les dix jours de pénitence on lira quinze psaumes par jour. Il est recommandé d’étudier le livre Cha’areï Téchouva et les lois de la Téchouva du Rambam.