21 octobre 2021

Zman Sim’hatenou ou la saison des réjouissances

« … vous vous réjouirez devant Hachem, votre Elokim, durant sept jours » (Vayikra 23, 40) – « Tu te réjouiras dans la fête toi et ton fils… » (Devarim 16, 14) – «  Sept jours tu fêteras Hachem… tu seras seulement joyeux » (Devarim 16, 15)

La fête de Soukot, qui porte, comme nous l’avons vu, plusieurs noms (‘Hag Hasoukot ou ‘Hag Ha’aassif), est aussi appelée Zman Sim’haténou (littéralement : temps de notre joie).

Que s’est-il passé de si joyeux à l’époque de Soukot pour attribuer à cette fête le nom de Zman Sim’hatenou ?

Nous savons par exemple que la fête de Pessa’h est aussi appelée “Zman ‘Heroutenou/Temps de notre libération”, car nous célébrons notre sortie d’Égypte.

De même, la fête de Chavouot, est qualifiée de “Zman Matane Toratenou/Temps du don de la Torah”, car elle commémore le jour où nous avons reçu la Torah.

Mais, comme le souligne Rav Salomon dans son livre “Matanat ‘Haïm”, qu’est-ce qui explique que la fête de Soukot apparaisse dans la Torah comme « Zman Sim’hatenou/Temps de joie » ?

Il répond à cette question grâce aux enseignements du Gaon de Vilna dans son commentaire sur Chir Hachirim.

Le Gaon de Vilna pose la question suivante : “Certes nous faisons et fêtons les Soukot en souvenir des Nuées de Gloire, au mois de Tichri. Pourtant, n’aurait-il pas été plus logique de fêter Soukot en Nissan, date de l’arrivée des Nuées de Gloire ?

Le Gaon de Vilna explique que lors de la faute du veau d’or, les Nuées de Gloire avaient disparu du camp d’Israël.

Mais après Yom Kippour, les Bneï Israël furent pardonnés de leur terrible faute. Moché descendit le lendemain du mont Sinaï et demanda aux Bneï Israël des offrandes d’or et de cuivre pour la construction du Michkan (Tabernacle), qui devaient servir d’expiation pour la faute du Veau d’Or. Le peuple entier s’agita sans relâche pendant quatre jours afin d’offrir ce qu’il avait de plus précieux. C’est alors que les Nuées de Gloire réapparurent le 15….. Tichri. Ce jour-là fut marqué par une grande joie dans le camp d’Israël, car ce fut le signe de l’expiation de leur faute et du retour de la Chekhina.

C’est donc le 15 Tichri que les Nuées de Gloire revinrent entourer les Bneï Israël et que le peuple retourna dans ses Soukot.

La fête de Soukot vient donc commémorer les Nuées de Gloire, c’est-à-dire les miracles et la bonté d’Hakadoch Baroukh Hou en faveur des Bneï Israël dans le désert. Mais elle célèbre aussi le souvenir de la joie des Bneï Israël après que Hachem leur a pardonné la faute du Veau d’Or en faisant réapparaître les Nuées de Gloire le 15 Tichri.

Chaque année, quand ce Zman Sim’hatenou revient, nous fêtons joyeusement, au lendemain de Yom Kippour, le pardon que nous a accordé Hakadoche Baroukh Hou.