25 juin 2022

Cela ressemble à du Canada Dry…

Ce dimanche à venir la communauté juive dans son ensemble va fêter la fête du Don de la Thora. Le verset nous enseigne : »Le 3ème mois de la première année de la Sortie d’Egypte, ce jour-ci (Roch Hodesh) le peuple est arrivé devant le Mont Sinaï ». Le lendemain, Moshé Rabénou montera sur la montagne, et Hachem lui dira : le peuple va entrer dans l’Alliance et devenir une communauté sainte. Le lendemain, (3ème jour de Sivan) Moshé annonce au peuple de se préparer à l’événement. La communauté répondit : »Tout ce que D.ieu dira ; nous ferons » (c’est l’acceptation du joug Divin). Hachem demandera au peuple de se purifier (par le Miqvé/bain rituel) et interdira de s’approcher du Mont Sinaï. La montagne était pleine de fumée et le son du Chofar (la corne) sonnait d’un son très puissant. Le 6 Sivan, D.ieu énoncera les 10 commandements à tout Son peuple.

C’est un événement extraordinaire, car c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité qu’un peuple entier entendra directement la parole Divine sans aucun intermédiaire. Les deux premiers commandements, « Je Suis Ton D.ieu et Tu n’auras pas d’autre D.ieu », ont été entendu par le peuple de la « Bouche » de Hachem. Dans toutes les autres religions, il s’agit d’un homme qui a dit à ses disciples qu’il a personnellement entendu la parole Divine, cela pétille comme du Canada Dry, ça ressemble au Canada Dry, mais ce n’est VRAIMENT pas du Canada Dry…… Il n’a jamais été question, parmi toutes les nations de la terre, si je ne m’abuse monsieur Tournesol, qu’une collectivité constituée de millions de personnes affirme avoir tous entendu la parole sainte. Et si les éternels réfractaires de la communauté me rétorquent qu’ils n’étaient pas présents peut-être qu’ils étaient plus présents lors de la prise de la Bastille en 1789 ? Ils y croient dur comme fer, car c’est marqué dans leur livre d’histoire, alors qu’il n’y a plus de témoins de l’évènement du Mont Sinaï. Je leur répondrai que dans le passage qu’on va lire ce Yom Tov, il est marqué « Vous avez vu ce que J’ai fait à l’Egypte, et Je vous ai amené à Moi » verset 19.4. Or si d’après ces réfractaires il s’agit à D.ieu ne plaise d’une affabulation digne de Cecil B DeMille, que D.ieu me pardonne d’écrire ces mots, mais par souci de clarté il convient d’être explicite, alors comment la première génération a pu accepter un texte où il est marqué noir sur blanc : »Vous avez vu ce que J’ai fait à l’Egypte… » et la suite des versets de la Paracha va dans le même sens. N’est-ce pas une preuve par 2 plus 2 que le texte est valide, juste et VRAI ? Qu’en pensez-vous mes chers lecteurs?

La Guémara dans Shabbat (88) dit : » Resh Laquish enseigne au sujet du verset relatant le 6ème jour de la création du monde: « Et c’était la nuit et le jour, ce fut Le sixième jour », il est écrit Yom Hachichi « Le 6ème jour ». Cependant pour tous les autres jours de la semaine il est dit uniquement « Premier jour, deuxième jour » etc… Il n’est pas mentionné d’article défini comme « Voici le premier jour… le deuxième jour etc. » Les Sages de mémoires bénies font une exégèse de cette redondance (« Le 6ème ») et apprennent que cela sous-entend que Hachem a placé une condition à toute la création. Au tout début de la création il a été énoncé une condition sine qua non : si le Clall Israël recevait, dans les temps futurs, la Thora, le monde et l’univers se maintiendrait, sinon, le monde reviendrait à son néant. Donc lorsque le 6 Sivan de l’an 2448, l’année de la Sortie d’Égypte, le peuple a accepté la Thora, il a donné un sens à toute l’histoire universelle. Car le monde a été créé par D.ieu afin que les créatures se rapprochent de Lui. Et c’est la Thora, l’expression de la volonté de D.ieu, qui permet à l’homme de se rapprocher au maximum du Divin sur terre. De plus, c’est la Thora qui donne la lumière à l’humanité entière, car d’où les nations savent qu’il est interdit de voler, de tuer ou même de commettre l’adultère si ce n’est la révélation du Sinaï. Et c’est aussi grâce aux Sages, et aux Avréhims de notre époque, que la Thora se répand sur terre et que les civilisations deviennent plus humaines et morales.

Après cette introduction nécessaire, le saint Or Hahaïm demande : on sait combien Hachem voulait donner la Thora à son peuple. C’était à l’image du Hathan qui va à la rencontre de sa fiancée. Le jeune homme est empressé de contracté l’union avec sa promise. De la même manière, Hachem voulait établir cette alliance avec Israël en lui donnant la Thora. Donc pourquoi la célébration de cette alliance ne s’est pas effectuée la première semaine de la Sortie d’Egypte ? Pourquoi fallait-il attendre trois mois de tribulations dans le désert pour recevoir la Thora ? La réponse suit les écrits du Saint Zohar. Il est enseigné que le Clall Israël ressemblait à la femme impure qui doit passer par une phase de vérification, les 7 « jours blancs » avant de rejoindre son mari. Pareillement, le Clall Israël, après avoir passé 210 années dans la société égyptienne, avait besoin de se purifier. Il fallait rejeter le culte idolâtre, les mauvais traits de caractères et les vices de la société égyptienne. De nos jours on retrouve ce même phénomène puisque le Don de la Thora est précédé par le décompte des 49 jours du Omer. Ce sont les jours de préparations du peuple pour recevoir la Thora lors de la fête de Chavouot. On voit donc de ce passage, que la Thora ne ressemble à aucune autre science de ce monde car l’étude de la Thora demande une préparation par plus de morale et d’éthique.

Il est intéressant de noter que la Guémara déjà mentionnée enseigne que le monde dépendait du fait que le peuple accepte la Thora. Or les commentateurs font remarquer qu’il n’est pas mentionné «sa pratique, son mode d’emploi». Pourquoi le Talmud ne fait pas mention de l’acceptation de la Thora avec sa pratique ?

La réponse que je propose est qu’il est difficile pour l’homme d’accepter le joug de la Thora. C’est le premier pas. Seulement si on est bien préparé justement par un travail sur ses traits de caractères (éliminer la jalousie, les haines etc…) alors la pureté de la Thora remplira nos cœurs et on arrivera facilement à sa pratique.

Rav David Gold