21 mai 2022

De Pourim à Pessa’h

La Gémara (Méguila 6b) nous explique que Pourim  est en relation avec Pessah (et c’est pourquoi on fera Pourim au 2ème mois d’Adar, pour rester proche de Pessah).

Et la Gémara explique, que c’est pour rattacher une Délivrance à la suivante : Deux fêtes pour célébrer les  miracles par lesquels Hakadoch Barouk’h Hou nous montre combien Il tient a nous, et en conséquence combien  nous sommes  reconnaissants et fidèles.

Il y a pourtant une très grande différence entre ces 2 périodes : à Pourim, tout se passe Behester Panim, le nom d”Hachem n’est pas mentionné dans la Méguila, et il  faut retrouver la Main Divine à travers les multiples “coïncidences”  qui sont relatées dans le texte. La Emouna des Nissim cachés, celle des miracles quotidiens que nous pouvons voir sans arrêt dans notre vécu.

Par contre, à Pessah’, on construit notre Emouna par la base : Hachem s’est manifesté clairement, par des miracles surnaturels, et annoncés à l’avance par Moche Rabbenou. La Emouna qui se vit a Pessah’ est la base de toute notre Tora (Ce sont les premiers mots des Dix Commandements, אשר  הוצאתיך מארץ מצרים). En relatant les Nissim comme quelqu’un qui  les a vécus, nous prenons conscience de la Grandeur infinie du Boré Olam, de Sa Présence, de Sa Justice : Une Emouna au delà de toutes questions, sans faille.

On a besoin de 30 jours de préparation pour que ce Pessah’ nous enrichisse concrètement.  Au TRAVAIL ! (en réfléchissant à chacune de nos 100 Berah’ot chaque jour pour devenir un vrai Maamin).

Rav Samuel – Roch Yechiva Keter Chlomo (Bnei Brak)