13 avril 2021

JUSQU’À QUAND PEUT-ON PRIER?

Jusqu’à quand peut-on prier la ‘Amida de Cha’harit (matin)? Que signifient les horaires de fin du temps de la prière « Maguen Avraham » et « Gr’’a (Gaon de Vilna) » diffusés dans les différents calendriers?

Nos maitres enseignent dans la guemaraBéra’hot (27a) que le temps de la ‘Amida de Cha’harit s’achève à la fin des 4 premières heures de la journée, ce qui représente le tiers de la journée.

C’est-à-dire: Nous comptons 4 heures depuis le début du jour, ce qui représente le tiers du jour (car une journée contient 12 heures, la fin des 4 premières heures constitue donc le tiers de la journée). On peut donc prier la ‘Amida de Cha’harit jusqu’à la fin des 4 premières heures du jour.

A partir de quand compter les 4 heures?

Selon certains décisionnaires, il faut compter les heures depuis l’aube, alors que selon d’autres décisionnaires, il faut les compter depuis le lever du soleil (qui est plus tard que l’aube).

Du point de vue de la Halacha, au sujet de la lecture du Chéma’ du matin, nous avons déjà écrit que selon l’opinion de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l il faut calculer les heures depuis l’aube. Ce calcul correspond à l’heure limite du Chéma’ du matin selon le « Maguen Avraham » comme diffusé dans les calendriers.

Cependant, en réalité notre maitre le Rav z.ts.l cite en contrepartie les propos de nombreux décisionnaires partageant l’opinion du RAMBAM sur ce point, et il tranche que l’on peut calculer les heures depuis le lever du soleil. C’est également ce qui apparait des propos de Rabbénou Sa’adya GAON (dans son Siddour page 12), qui était un très ancien décisionnaire, précédant l’époque des décisionnaires médiévaux.

Par conséquent, même concernant l’heure limite du Chéma’ du matin – qui est une ordonnance de la Torah – notre maitre le Rav z.ts.l tranche qu’en cas de force majeure on peut tenir compte de l’opinion du Gaon de Vilna.

A fortiori au sujet de l’heure limite de la ‘Amida de Cha’harit, puisque cette limite n’a pas été fixée par la Torah mais uniquement par nos maitres, nous pouvons donc davantage nous fier à l’horaire limite selon l’opinion du Gaon de Vilna.

Comment calcule-t-on ces heures?

Les 4 heures dont nous avons parlé ne sont pas des heures ordinaires mais des « heures saisonnières ».

C’est-à-dire: diviser le nombre d’heures qui séparent le lever du soleil de son coucher en 12 parties égales, de sorte que chaque partie représente maintenant « une heure ». (C’est pour cela qu’en hiver où les journées sont courtes, l’heure saisonnière durera environ 1h10 mn, alors qu’en été où les journées sont plus longues, une heure saisonnière sera plus courte).

C’est ainsi qu’on agit dans de nombreux endroits, où sont organisés plusieurs Minyanim réguliers pour l’office de Cha’harit pendant les 4 premières « heures » depuis le lever du soleil.

Ce n’est que dans certains endroits où l’on n’est pas méticuleux dans les Mitsvot que l’on s’autorise à fixer des Minyanim pour l’office de Cha’harit du Chabbat par exemple au-delà de la limite des 4 premières heures.

Au début de l’hiver, en Israël, la fin des 4 premières heures pour prier la ‘Amida de Cha’harit se situe à environ 9h20, après avoir pris la précaution de lire le Chéma’ dans sa limite horaire.

[En France, la fin des 4 premières heures pour prier la ‘Amida de Cha’harit se situe actuellement à environ 11h10]

(source: http://halachayomit.co.il/he/default.aspx)